Regarder SA photo …

Imaginez une autre Image !

Un Regard sur une autre Image qui n’est pas la mienne…

Le choc de la photo et la parole du député !

Il faut bien regarder la photo …A droite, à gauche, au centre, etc…

D’abord, que le député du coin châtelleraudais m’autorise un droit d’image sur son compte Twitter (@TurquoisNicolas) sans frais pour mon portefeuille puisqu’il a vaillamment – et avec sa  double conviction moderniste et macroniste – abusé de ma CSG : un prêté pour un rendu monétaire en images…

Reconnaître que ce n’est pas beau de prendre les photos des autres, mais pour une fois… Je me suis fais voler tant de photos que … faute avouée moitié pardonnée !

Il nous montre fièrement le travail de son JOB,  de cinq années durant, dans son monde parlementaire.

Transparence et communication obligent !

Continuer la lecture de « Regarder SA photo … »

Mots & Photos

Samedi matin, un temps souvent de lecture, de lecture de la presse…

Après avoir quitté la douce chaleur de la nuit …

Au <Café du Commerce…> de la politique locale !

Je traîne, encore mes savates aux pieds, pas encore le quotidien national habituel, entre mes mains, mais avec le journal local, La Nouvelle République, ou tout au moins sa version numérique, après avoir banqué avec ma CB un euro, et puis, coïncidence le bulletin municipal, « LE CHÂTELLERAUDAIS », lui gratos,  qui paraît deux fois par mois, tombé dans la boîte aux lettres ; la feuille ou le magazine du vicomte régnant de Châtellerault … et aux environs…

Il y avait dans le temps le poids des mots et le choc des photos ! Nous y sommes en plein dedans …

Le syndicaliste Alain Delaveau interviewé par la Nouvelle République,  répond au questionnement 

L’interview du journal local, lance une sérieuse pique au député de la circonscription : « ne soyez pas le pion du gouvernement ! », dixit le syndicaliste local !

Aïe Aïe et encore Aïe pour ne pas dire : « ne soyez pas le ‘godillot’ du gouvernement ! ». La charge des mots … mais c’était très prévisible – nous le savions tous par avance – aucune surprise mais pour cette ‘affaire de  pompes’ point de photo des chaussures de marche du député de la quatrième…J’eusse aimé les voir dans la presse locale…et tout cela pour une circonscription qui risque de disparaître avec les projets en cours … Autant scier la confortable branche sur laquelle est assis le député Nicolas, bien qu’il nous ait dit que la vie de député était pénible – pire que la cité universitaire, douche au sous-sol, et WC au fond du couloir ! Presque un chemin de croix politique…

Autres lectures, puisque mon ordi – bécane affreusement épouvantable – patine sérieusement et je suis bloqué avec les mises à jour de Windows Insinder – belle invention ! Lisons encore davantage …puisque je suis « hors connexion » et le jour n’est pas encore là pour aller dehors avec ce froid moscovite…pour faire des photos…

Et pour une fois, ce n’est pas souvent, je vois ma trombine dans le bulletin municipal …

Tiens, tiens, voilà une découverte inattendue et inespérée, même Véronique A.  (!) l’attendait avec impatience…

Et quelqu’un me dit  au creux du téléphone par SMS : Je n’ai jamais eu ma photo dans les bulletin municipal …

Un choc de la photographie puisque ce sont d’autres photos – les miennes qui ne sont pas du tout choquantes – qui ont fait l’objet de l’article et de relever que je me fais traiter de Trublion 2.0 …J’avais entendu beaucoup de choses à mon sujet mais cela jamais oh grand jamais baby …Agitateur, perturbateur…

Je suis heureux à l’opposé du député de me faire étiqueter de « fauteur de troubles », et cela me change beaucoup des autres « alias » reçus – plus ou moins aimables – sur les réseaux sociaux et me fait grand plaisir, de porter sur mon dos tel qualificatif et m’assure, de ne pas rentrer la catégorie banale et terne des gens à « pensée unique » – surtout celles des autres – celle que bien d’autres relaient avec beaucoup de sourires, particulièrement médiatisés, mais parfaitement creux…

Jeu de mots, jeu de photos…Et une belle astuce de la rédactrice en chef, avec les mots pour un titre journalistique …dans le bulletin municipal…

A présent, Windows a finalisé ses mises à jour, et moi, je vais pouvoir reprendre d’autres lectures apaisées …

La Vie est belle, la ville est belle …

Je suis toujours à Châtellerault, il ne faut pas que je l’oublie …

C’était pour moi une belle trouvaille involontaire du trublion 2.0en attendant la version 3.0…

 

 

Sérieux s'abstenir vraiment à Châtellerault: Un député sans cravate !

« Je me suis demandé si j’avais ma place ici. » !

C’est notre député tout juste élu, qui le dit, et le journaliste le rapporte …

Grandeur de la vie politique ; une expression qui ne manquera pas d’interpeller, ceux qui pensent quelque peu !

Un démarrage médiatique qui laisse augurer d’autres à venir …

Et le journaliste « habille » l’expression du « politique novice », en députation, et le reprend dans le corps du texte de l’article comme s’il voulait redoubler le son de l’impact à travers les médias ; « Oui, c’est vrai que je me suis demandé si j’avais vraiment ma place ici », explique le nouveau député de la 4e circonscription de la Vienne. ; Et je me demande, ce que peuvent penser ses électeurs ! dont je n’en fais pas partie heureusement, de cette brillante tirade, « les trois coups » de la députation châtelleraudaise.

Une élection un peu Loto, et le papier nous dit tout, et plus que tout, sur le chemin parcouru avant d’arriver là. Il sait d’ailleurs ce qu’il doit « à la fois au MoDem et aux électeurs d’Emmanuel Macron », sans qui n’aurait pas quitté sa ferme et sa mairie d’Ouzilly-Vignolles…Mais d’autres petites perles apparaissent dans cet article, court mais très enrichissant !

….« une forme d’artificialité » ah ! comme quoi au Modem, c’est moins artificiel  avec les attachés… « Gêné par les tarifs du Mercure Montparnasse où l’Assemblée avait réservé une chambre pour sa première nuit parisienne » et pourquoi pas un Formule 1…Puis, l’affaire des cravates de monsieur le député « Sans cravate »

 « Je ne suis pas très cravate mais il y a un ‘dress code’ à l’Assemblée…Encore plus fort : « Il faudra de toute façon que je renouvelle mon stock parce que ma colistière trouve les miennes insupportables ! ». Iront-ils faire les achats ensemble ?

A lire et relire : Tout un art la science de la communication…