Les cravates de la photo !

Il y en a qui lisent attentivement la presse ! 

Moi, je regarde attentivement  les photos du journal …

Les cravates châtelleraudaises !

Ou bien le Patrimoine et la Politique qui feraient « bon ménage » par cravate interposée ?

Photo NR

D’après un article de la Nouvelle République paru il y a quelques semaines pour faire le comte rendu de la présentation d’un événement organisé dans le cadre des « visites du Patrimoine » créations originales de Pays d’Art et d’Histoire du Grand Châtellerault.

La « guide-conférencière » et le « bourgmestre » ensemble pour le Patrimoine, la politique qui va avec, avec ou sans Stéphane Berg, et les « cravates châtelleraudaises » sujets de « premier plan » de l’instant photo.

Deux cravates, seul point commun, des cheveux blancs et auburn, lunettes et pas de lunettes, etc mais ….

La politique et les cravates deux éléments fondamentaux !

Sans cravate, à l’Assemblée Nationale, vous êtes catalogué Insoumis ou a contrario « Marcheur » ou bien « assimilé » voire membre du « monde ancien » puisque nous sommes à présent dans un « nouveau monde » …

Notre dernier ancien président se fit une réputation de « cravaté de travers » !

Et nous connûmes beaucoup de travers et de déconvenues dans les domaines fiscaux mais il mit un certain ordre dans les affaires économiques qui ne furent pas du goût de la Cour des Comptes dont son « enfant putatif » en politique ne manque pas de profiter …

Revenons à nos « cravates châtelleraudaises », puisque je m‘égare quelque peu, c’est mon devers littéraire, parce qu’elles ne manquent pas d’intérêt patrimonial. La belle guide-conférencière Irène Arretaud porte avec beaucoup de sourire – et de conviction – sa cravate; madame porte la cravate, et la culotte puisque c’est elle qui semble donner le ton par le geste, du discours patrimonial et cela avec allure. C’est courant chez elle. Une « belle cravatée » avec cravate au nœud bien affirmé et convainquant ! On dirait qu’elle a fait toute sa vie des nœuds de cravate, tous les matins devant sa glace, après le mascara et autres ajustements cosmétiques.

Notre maire et président d’agglomération, et aussi conseiller départemental, paraît adepte de la « cravate hollandaise », une forme traversière de cravate venue d’ailleurs, et hors de son champ politique qui est loin d’être néerlandais !  Une cravate portée largement de travers  avec une désinvolture quasi-permanente et en l’occurrence peu souriante …Mais surtout portée sans le traditionnel sourire de circonstance réservé aux événements municipaux …

Aïe Aïe Aïe !

Notre bourgmestre serait-il « jaloux » du port de cravate « bien droit » de la guide-conférencière ou bien manifesterait-il-il une certaine lassitude (c’est bientôt la fin ?) devant ses « propos patrimoniaux », bien loin de ses soucis hospitaliers récurrents qui le tracasseraient fortement et qui attend « toujours » avec impatience les « nouveaux horaires » de la période estivale de la Dame de Fer du rail SNCF, pour la desserte de Châtell’City ?

J’espère que vous avez retenu toute ma reconnaissance envers les dames « guides-conférencières » œuvrant pour le Patrimoine châtelleraudais, qui sauront se reconnaître …Irène Arretaud, Marie-Julie Maysan, et l’équipe de Pays d’Art et d’Histoire !

Quelles pardonnent mon outrecuidance …

 

 

Châtellerault: Avec la fée clochette !

Qui n’a pas rêvé avec la Fée Clochette ! Ce personnage magique associé à Peter Pan …

Pourquoi en parler ?

Mais si, un sujet d’actualité avec la veillée pascale même si selon la légende toutes les cloches sont parties à Rome …

Châtellerault et le Grand Châtellerault font sonner les cloches, et des cloches et des clochettes partout.

J’ai commencé enfant en découvrant la magie de la Fée Clochette et ma fille et mes petites filles l’ont aussi beaucoup aimé !

J’ai poursuivi la découverte des cloches avec les carillons de l’église St Jacques à Châtellerault, et le vertige des hauteurs patrimoniales, d’autant que ces dames du Patrimoine local Virginie Tostain et Marie-Julie Meyssan, (Pays d’Art et d’Histoire du Grand Châtellerault)  ont rédigé un document sur les cloches – fort documenté et chiadé – du Grand Châtellerault, qu’elles nous aident à découvrir, et entendons sonner les cloches, les clochettes et carillons avec ou sans « handbells », visites, expositions, conférences, et autres activités culturelles, et autres sons et tintements !

C’est Pâques, et cette année l’éphéméride tombe le 1 avril, donc une double coïncidence avec les vraies ou fausses cloches …

Même le superbe bâtiment de la Marie s’offre un clocheton et une cloche « Pauline » !

Restons-en là sinon le dérapage est certainement garanti …

Toujours dans les cloches …

Vendredi saint, veille de Pâques, j’assiste à la visite de l’exposition, dans le superbe Hôtel Alaman,  avec le Patrimoine Campanaire du Grand Châtellerault ; et la guide conférencière de service,  Marie-Julie Meyssan, que je retrouve bien souvent à plaisir, grâce à son sourire,  nous parle de clochettes devant un public plus britannique que châtelleraudais de part la présence d’un groupe de « handbells » british, curieux de patrimoine local, et plus intéressés que les châtelleraudais par les cloches et clochettes, et tout le monde reste subjugué par la prestation de la « Fée Clochette »  conférencière, qui nous permis d’entendre les explications en français de la « (Fée) Clochette » de service et du « traducteur » se faisant écho de ses dires patrimoniaux ce qui nous valu des belles perles linguistiques …à l’approche d’un Brexit qui ne paraît du tout culturel, même si la dame, me dit : vous savez les cloches en Angleterre sont à l’envers !

Marie-Julie Meyssan, guide-conférencière

Je me suis demandé si les châtelleraudais aiment les cloches puisqu’ils n’étaient guère présents comme étrangers aux clochettes !

Châtellerault: Ma dernière rencontre !

Avant et après Julie !

C’est elle, Julie, ma dernière rencontre pas comme les autres  dans Châtellerault …et ailleurs aussi …

Marie-Julie Meyssan

C’était pour répondre à la rédactrice en chef du magazine municipal, Le Châtelleraudais, en la personne de Marie-Julie Meyssan, qui voulait me rencontrer pour parler de Châtellerault.

Puis elle me transmit un mail pour résumer notre rencontre et faire le feedback  : « Trublion 2.0 ! Fernand Hernandez, alias « Autres Regards » de Autres Regards de FH, croque des pépites d’instants de vie châtelleraudaise avec son appareil photo. Ses œillades, agrémentées de savoureuses légendes, il les partage sur son blog qui fait le buzz : Images et Regards »…

La suite dépendra d’elle seule…C’est elle la rédactrice en chef !

Tant qu’elle était, elle aurait dû marquer Trublion 3.0 puisque j’aime beaucoup le côté « geek » de la vie ! Et le temps passe si vite sur mes épaules …d’autant que la connectique se fait maintenant dans la version 3.0 !!!

Drôle de constat, puisque lors de cette rencontre (interview), elle n’a pas manqué de me demander : quelle fut votre plus belle rencontre à Châtellerault ? Euh quoi répondre ! 

Bon on en reparlera plus tard mais en attendant laissons le passage de Julie se décanter comme les tornades qui traversent l’Atlantique au-dessus du courant du Gulf Stream. Et puis, en lisant comme tout le monde la publication municipale, je retrouve ce texte, pour résumer notre rencontre qui dura 59 minutes, montre en main : 

Trublion 2.0, – c’est elle qui le dit, mais je suis très content qu’elle l’ait noté mon esprit « peu conformiste » – Fernand Hernandez croque des pépites d’instants de vie châtelleraudaise avec son appareil photo. Ses œillades, agrémentées de savoureuses légendes, il les partage sur son blog qui fait le buzz : Images & Regards. L’œil pétillant, il revendique son statut de photographe amateur [ndlr : doué !] et raconte : « Le concours photo du Service ville et pays d’Art et d’Histoire a été un déclencheur. Je me suis pris au jeu. La photo est devenue mon catalyseur. Je pars à l’aventure, prends des chemins de traverse, cherche à montrer la ville et son patrimoine avec un œil peu conventionnel. Même si des fois j’ai la flemme, je tiens à entretenir la flamme. » 

Comment voulez-vous que je puisse choisir ma plus belle rencontre châtelleraudaise parmi les rencontres châtelleraudaises ! A moins de dire : ma dernière rencontre …Expression manquant de charme mais pleine de convenance pour ne froisser personne.

Autant dire, et ce serait plus vrai : Châtellerault !

Continuer la lecture de « Châtellerault: Ma dernière rencontre ! »

« Coming out » photographique

Le photographe shoote vite, trop vite !

Un photographe un genre 4X4, du tout terrain photographique, et tous scénarios confondus, œuvrant à Châtellerault – cité & agglomération.

Comme un duel amical Nikon vs Canon 

Le « Photographe »

Un Lucky Luke tirant rapidement entre les pixels pour son commanditaire, puisqu’il est libre de ses photos, et il tourne souvent autour de Châtellerault, et ce sont ses « Images » et ses « Regards » que vous voyez très souvent par-ci par-là …dans les magazines officiels et autres revues. sans compter, qu’il contribue gratuitement avec ses photos à la réalisation du présent Post dans le blog…

Même pas cinq minutes, temps de stationnement compris, qu’il a pris, pour vous faire faire un portrait en format paysage, et en l’occurrence c’était le mien. Certains n’auraient pas manqué d’utiliser l’expression usité : cinq minutes douche comprise !!!

Deux poses, sans aucune pause, un enfer pour le « modèle », interdit de bouger, en cadence infernale, un rythme qui n’était pas le mien, parce que mon tempo photographique est différent, mais lui travaille, pendant tout ce temps, tout en aimant passionnément son métier, même s’il a ramé dur pour se faire un carnet adresses, et moi, je m’occupe pour meubler le temps libre, une autre passion également, pour un inactif affirmé.

Le pont Henri IV, comme décor de théâtre à la photographie, puisque c’est moi qui l’est choisi. Je l’aime tant ce Henri, porte de Châtell’ !

Et devoir quitter l’arrière de la focale, pour occuper la place que le viseur cadre en priorité ; et la modestie vous abandonne pour un rôle plus narcissique, puisque le miroir de l’objectif s’incline devant vous, pour chaque déclenchement de l’obturateur.

Nicolas Mahu : le photographe

Deux RDV ratés, pour cause d’enneigement, pour un « portrait sur commande », dans la mesure où il fallait du soleil et du ciel bleu, sans flocons de neige pour ne pas « glacer » le modèle, et le troisième fut le bon; Châtellerault est plus joli, sous le soleil avec du bleu et du blanc, dans le ciel, comme pour m’habiller d’un costard de marin,  me rappelant mes îles, ou bien cette Bretagne maritime, faite de soleil et de la mer.

Fernand Hernandez : anti-modèle photographique

Il fallait une photo, et c’est Nicolas, qui s’en chargea, puisque Julie a écrit le texte : « Trublion 2.0 ! Fernand Hernandez, alias « Autres Regards » de Autres Regards de FH, croque des pépites d’instants de vie châtelleraudaise avec son appareil photo. Ses œillades, agrémentées de savoureuses légendes, il les partage sur son blog qui fait le buzz : Images et Regards »… chacun ses qualités; elle enchaîne les mots adroitement et lui a le doigté expert posé sur la gâchette photographique.

Une « première » photo narcissique publié sur le Web !

Même Facebook n’avait pas eu la primeur … C’est dire  !

Puis, je découvre l’article dans la revue municipale : Le Châtelleraudais !

Je ne sais pas tout ce que cela va donner d’autant que j’au du mal à comprendre l’intérêt que cela peut représenter de se balader un Nikon en bandoulière dans les rues de la ville ou bien dans les chemins embourbés des environs, en encombrant les fragiles cartes mémoire qui ne résistent guère aux intempéries de la photographie.

60 minutes avec Julie !

Je la croise parfois au Théâtre Blossac, du côté du  Poulailler ou bien dans La Rotonde ou la Scène, pour terminer la visite, ou bien pour sonner les cloches ou les clochettes de St Jacques …mais ce matin de très bonne heure, j’avais l’impression que les cloches tintaient dans mes oreilles paresseuses, la droite particulièrement !

A présent, ce matin, elle était en face de moi, y compris à portée proche de mon objectif, et rien que pour moi, même si elle n’appréciait pas de devenir pour un court instant,  mannequin photographique, façon de m’exprimer ! Puisque c’est elle qui pose les questions – et fait aussi ma pose photo –  et c’est moi, qui doit répondre, alors que je préfère poser les questions…C’est plus facile que devoir se déshabiller devant Marie-Julie M. même lorsqu’il s’agit simplement de mes états d’âme châtelleraudais  et de mon parcours de vie, avant de débarquer à Châtellerault City.

Théâtre Blossac – Châtellerault

J’ai rêvassé par le passé en visitant les beaux sites du Théâtre Blossac ou de l’église St Jacques…et peu m’importait les explications de notre guide qui n’était pas Nathalie, celle de la place Rouge, parce que je me disais que dans des tels endroits où la beauté patrimoniale rayonne ainsi, même les ronchons se laisseraient caresser sans peine… En effet, la guide-conférencière Marie-Julie Meyssan a la qualité de mettre beaucoup d’humour – avec la gestuelle caractéristique de ses mains et les rictus de son visage jovial dans le programme des visites.

Le charme qui est le sien, ne s’invente pas ! et moi, je devais raconter pourquoi j’aimais Châtellerault !

Vous êtes arrivé quand ? Et pourquoi vous êtes venu ici ? Quelle a été votre plus belle rencontre à Châtellerault ? Quel est votre endroit préféré ? Puis-je vous demander votre âge ? Et noté ces deux chiffres de mon âge dont le 7, mon chiffre porte-bonheur, et durant 60 minutes – je ne sais si le bonheur était avec elle – noircissait les pages de son vieil agenda passé de date pour devenir cahier de brouillon pour ses prises de notes journalistiques.

Continuer la lecture de « 60 minutes avec Julie ! »