Skateparc: « Peace and Love »

Giulietta la muse du blog spot aimera certainement ce Post

Ils disaient « Peace and Love » aux sons des airs de California dreams, il y a cinquante ans !

Journaux et magazines refont en ce moment l’histoire d’un Mai 68, avec des slogans tels que celui-là « Jouissez sans entraves »

Fichtre !

Le temps était plus que morose… Quelqu’un m’a dit : « tu avais l’air triste en marchant du côté du pont Henri IV »… Le soleil jouait à cache-cache avec les nuages … Les averses et les grains d’orage rythmaient l’après-midi, d’un début de printemps très très tristounet et peu colorisé … Les fleurs ne sont pas encore tout à fait là… Je traîne au dos ma boite à images… et ma mélancolie printanière…

Puis au Skate Parc les planches des skateboards ne claquent pas au vent qui souffle en rafales.

La musique est bien là puisque je l’entends venant de ce groupe d’adolescents en goguette de mercredi après-midi ; l’année prochaine, ce sera repos …

Le parterre de fleurs municipales, colorisé avec les tulipes et les narcisses égaye le paysage industriel autour de la MANU ; le bourgmestre a pris la binette pour embellir ses espaces verts…

Il fait beaucoup d’efforts pour se faire aimer …

Les jeunes subtilisent des narcisses – c’est plus commun que les tulipes – pour les offrir aux copines !

Flash-back ! Dites-le avec des fleurs …Peace and love…ou bien faites l’amour pas la guerre… Flash-back soixante huitard attardé !

Je regarde autour de moi…bien sûr derrière le viseur… les adolescents ne m’ont point remarqué avec mes habits sombres sous un ciel de nuages presque noirs de ce printemps turbulent dans le ciel … je zoome les prises de vues ou bien je tire en rafale au hasard des images en cascade … je ne sais pas réellement quel choix faire…

La prise fut bonne, malgré la lumière déficiente…

Une image où ils se tiennent tendrement sans dévoiler leurs corps et leurs visages au milieu d’un groupe où chacun s’affaire avec son monde secret et bien loin du cadre familial qui ignore bien tout ce qui se passe au skateparc municipal…

Monsieur le maire de Châtellerault, s’il vous manque des narcisses dans votre inventaire municipal, ce sont les jeunes qui font l’amour mais pas la guerre ni encore moins dealer au Skateparc tant décrié par certains comme le coloriage des cheminées de la MaNu !