Les « blues » des politiques ?

Ce matin le fil Facebook, sortait de l’ordinaire, et pour une fois, j’ai perdu quelques instants – et pris le temps de disséquer les derniers potins du secteur, parce que les rubriques de la politique affirment que tout va bien, et que tous les problèmes sont derrière nous à force de marcher allégrement …

Cyril Cibert, le conseiller régional, se laisse aller – et ouvre son cœur – comme un homme sincère…Il livre publiquement ses sentiments lors de son 45 ème anniversaire – lui souhaiter qu’il double la mise – et un trait de philosophie « humaniste », qui montre bien que les « politiques » sont aussi des hommes en chair et os, comme ceux à qui, il demande leurs suffrages, lors des consultations, passées ou à venir.

Trait remarquable, qui se doit d’être remarqué d’autant qu’il a fait son crédo de ne pas me traiter de « bourricot », promesse de rentrée politique châtelleraudaise qui m’a beaucoup marqué, bien qu’il me dise – parfois – que je suis féroce dans mes Posts, mais soyez rassuré, ma plume est toujours tendre et amoureuse, bordel !

L’heure des doutes, des questions, des hésitations a sonnée. Un peu comme si on avait foncé tête baissée jusque-là et que, d’un seul coup, on voulait reprendre notre souffle.

Respirer et prendre de la distance. On se retourne sur notre parcours, on se projette aussi dans l’avenir tout en repensant aux rêves de nos 20 ans.

Se poser, pour mieux repartir, telle est notre motivation première. Une fois rassuré dans nos choix, conforté dans l’idée que nous nous épanouissons dans notre vie, on peut alors avancer plus sereinement vers nos belles années à venir.

Une autre dame de la politique locale, Sylvianne Mauxion, pique un coup de « blues » automnal, sous une autre étiquette politique que celui qui le précède dans le commentaire, mais toujours dans le chapitre des « méditations personnelles », et qui s’adonne, en plus, avec une pointe « picturale » nostalgique de notre terroir, sans photos ni peinture à l’appui, pour confirmer ses sentiments nobles !

Je n’aime pas le mois de novembre, c’est même le mois que je déteste le plus… 
Déjà parce que nous avons changé d’heure et les journées se font de plus en plus courtes. 
Ensuite les fêtes du 1er et du 11 novembre qui ne sont pas réjouissantes.
Et enfin le temps qui est souvent gris, maussade, avec du brouillard et les premières gelées nous obligeant à tout protéger. 
Seul réconfort, si quelques journées ensoleillées pointent leur nez, les paysages de campagne où toute une palette d’ocre et de roux résiste encore un peu, avant de nous offrir la vue d’arbres décharnés…

Cela rend la vie des « politiques » et des « électeurs » plus vraie …

De grâce, si les « parisiens » pouvaient lire la presse locale poitevine, ou bien traîner sur les réseaux sociaux du 86, je n’entendrai plus dire dans les médias, que je suis un FAINÉANT ronchon impossible à vivre (doublement vrai), que je ne suis RIEN du tout (parfaitement juste, puisque sans yacht immatriculé à Malte), et que c’est le BORDEL dans mes affaires, puisque je ne range rien du tout, pour le grand malheur de ma Pénélope et ses foucades sur le rangement bien ordré !

           

Monsieur le journaliste …

Moi photographe ? Mais vous rigolez ?

Extrait NR

Monsieur le journaliste, je ne suis pas photographe et ce bien que je fasse des photographies, en pagaille, pour mon plaisir surtout, et aussi afin de mettre en avant les atouts – patrimoine et environnement – du Pays châtelleraudais, parce que le « bashing » est un sport fort apprécié sur les rives de la Vienne, et il faut un contre balancier, d’autant que je prends toujours la défense des autres…

Sachant bien que quelques personnes apprécient cette démarche, et en particulier parmi la diaspora, je maintiens cette initiative, d’autant que votre confrère de journal Anthony Floc’h n’a pas manqué de mettre en exergue cette approche, recueillant ainsi une petite notoriété supplémentaire…Et ma reconnaissance est affirmée envers votre journal La Nouvelle République, que j’apprécie, en le lisant quotidiennement, même si je dois tricher pour le lire gratos.

De plus, fort surpris de lire ici  dans la Nouvelle Républiqueque je ferais un peu comme ceux qui font de la poésie sans être pour autant des poètes, puisque vous notez que mes phrases rimeraient !

Pas monsieur Jourdain pour autant non plus.

Photographe, poète, etc… Trop de compliments …Too much !

Continuer la lecture de « Monsieur le journaliste … »

PPCD:  c’est quoi çaaaaaaaaaaaa ?

A première vue certains pourraient s’attendre à voir que le PPCD, soit l’acronyme d’un nouveau parti politique émergeant à Châtellerault, un nouveau Phénix politique issu des ruines des nombreux autres partis en voie de « refondation », mais non !

Copie écran de @Chatell’Images – Twitter

Une « belle rencontre » qui n’était pas inscrite dans leur agenda …Ou quand deux politiques châtelleraudais font plus que se croiser autour d’un petit cœur, plein d’affection, le dimanche matin à Châtell’ à peine le petit café avalé. 

Véronique Abelin et Cyril Cibert ont « partagé » plus que d’habitude ; donc un PPCD entre eux !

Vous ne savez pas ce qu’est le PPCD ? Ou bien vous avez oublié depuis longtemps les leçons d’arithmétique ou d’algèbre des classes élémentaires ! A défaut d’avoir été éliminé des manuels scolaires…

En tous cas, nos deux politiques, locaux emplis d’ambitions châtelleraudaises, se retrouvent ensemble – et en même temps – à www.châtellerault-images.fr, ce qui mérite d’être signalé …

Je savais depuis longtemps qu’ils étaient des « followeurs », l’une et l’autre mais là !

Qu’ils aient aimé simultanément, et en même temps, importe d’être signalé d’autant qu’ils se chamaillent – sur tout ou presque tout – dans le préau de notre «Mairie de Châtellerault», esplanade François Mitterrand, sans compter les autres accrochages sur les «mécomptes  régionaux», et comme je suis le témoin de ce hasard heureux de la politique locale, je me dois de le faire savoir.

C’est heureux qu’il y ait eu un PPCD entre eux ! Alléluia

Mais il ne faut pas se réjouir trop vite de ce signe d’apaisement, mais quand même un « Plus Petit Commun Dénominateur » entre eux …Vous avez retrouvé, et votre mémoire vous ramène bien d’années en arrière, mais nos jeunes politiques locaux se portent – et se voient –  dans le futur le plus loin possible, et certainement ils ne manquent pas d’envisager à Châtellerault, de se métamorphoser en  PGCD, c’est-à-dire une version du Plus Grand Commun Dénominateur (PGCD) auprès des électeurs de Châtell’ !

Vous imaginez mon allégresse lorsque je les vois passer – très rapidement malgré leurs occupations – en traînant leurs yeux sur les Images – et les Regards, parfois féroces ou acides selon les commentaires reçus – que Images & Regards, Autour de Châtellerault, émet sur les ondes de l’Internet châtelleraudais, mais lorsque le Webzine provoque la concorde municipale, je ne peux que me réjouir de voir la photographie, en point de rencontre, «meeting point ».  

Vous aussi vous pouvez vous aboner au Twitter (Chatell’Images ou @chatell_images) de www.chatellerault-images.fr; c’est pas cher !

 

Châtellerault : des ambitions à l’horizon !

Cyril Cibert : « ne prend pas les électeurs pour des benêts », formule chic et choc de sa rentrée 2017 !

Heureusement que notre conseiller régional de la « Nouvelle Aquitaine », a eu le sens de la formule politique, lui qui communique sans modération sur les réseaux sociaux – presque tous – m’a rassuré, lorsque je l’ai lue dans le journal local, La Nouvelle République, du temps où l’accès à version Web était free…

A présent, je vais chez mon marchand de journaux sur le boulevard Blossac.

Rassuré en ce qui me concerne mais loin de savoir s’il en est de même pour la population châtelleraudaise. Sont-ils maintenant convaincus que nos hommes (et femmes) politiques nous prennent comme il se doit ?

Il a formulé cette expression (qui est excellente ; encore bravo !) au cours d’une semaine où nos jeunes leaders politiques de la « nouvelle génération » qui n’a pas connu les Sixties ! ont eu les honneurs de la presse; c’est la rentrée…

En effet cette semaine-là, Véronique Lecordier, Cyril Cibert et Véronique Abelin, ne sachant plus dans quel ordre chronologique ils se sont exprimés, ont dit qu’ils étaient là et qu’ils faisaient leur rentrée

Mais quelle « rentrée » ont-ils réalisée ? Pas celle du CP ni celle de Sciences-Po puisque notre agglomération n’en dispose pas d’une antenne régionale de la prestigieuse école !

Feraient-ils le « dauphin » ou les « dauphines » au trône châtelleraudais ?

Trop benêt, moi, pour comprendre si c’est cela l’objectif !

Puis, j’ai fini par réaliser – quelques jours après –  un beau matin de très bonne heure, puisque je suis tombé accidentellement de mon petit lit et en flânant –  bien couvert – boulevard Blossac, j’ai réussi  par comprendre de quoi qu’il s’agît !

J’ai regardé devant moi, et grâce à la lumière éclairant parfaitement bien le cadre citadin, puisque le bourgmestre n’hésite pas à illuminer superbement le palais municipal, j’ai remarqué la beauté de la façade de la Mairie, prolongée par le plus que magnifique Théâtre Blossac…

Et les feux tricolores voisins clignotent de vert, orange et rouge pour laisser des belles traces lumineuses et colorées au sol…

Mairie de Châtellerault – Octobre 2017

Un cadre superbe à admirer sans se lasser !

Comment ne pas prendre en compte l’envie que le « dauphin » Cibert et les « 2 dauphines » Lecordier et Abelin, à peine déclarés, mais qui pensent, tous les matins en se rasant ou en mettant quelques touches de fard à joues ou marquer au khôl  vert ou bleu leurs beaux yeux, avec ou sans Chanel N°5,  briguer – le plus possible vite possible – le fauteuil prestigieux de bourgmestre châtelleraudais (et agglo en plus, en passant puisque cela va avec…) !

Et je vois déjà, le vainqueur de cette triangulaire, pénétrer majestueusement après avoir gravi les marches du perron, au son de l’hymne à la Joie, comme cela se fait ailleurs,  atteindre l’étage supérieur municipal et depuis le balcon admirer le ballet des jets d’eau de l’Esplanade François Mitterrand, décrivant des arabesques élégantes pour saluer respectueusement le nouveau vicomte ou vicomtesse du Pays Châtelleraudais.

Je ne sais si je serais là pour immortaliser la photo !