Châtellerault: Rue des pèlerins !

 

Réédition d’un vieil article du blog !

Peu fréquentée, sans commerces ni vitrines, ni coiffeurs pour dames ou fast-foods ni officine bancaire dans Châtellerault !  Même l’hôtellerie qui abritait les pèlerins a fermé ses portes … encore un commerce qui fout le camp.

Il ne reste que la rue proprement dite, l’église et le palais de l’intendant du roy !

Une rue que j’aime bien emprunter.

Elle est stratégique pour moi, et plus que cela.

Point de passage pour atteindre le pont Henri IV, qui me charmera toujours, puis les bords de la Vienne, tout aussi attrayants où semble-t-il, notre vicomte d’Abelin III –  qui a succédé mille ans après à celui d’Airaud, des initiales prédestinées dans la première lettre de l’alphabet – nous prépare des aménagements au TOP, qui feraient de ce projet, le focus majeur de sa mandature, qui court toujours, et dont je me réjouis par avance de cette heureuse intention municipale, pour enjoliver encore davantage le cadre de la belle rivière royale, qui serpente Châtellerault, du sud au nord, en la coupant en deux sans pour autant la fracturer.

Donc un chemin qui compte dans la vie châtelleraudaise.

Cette belle rue, qui n’est pas du tout commerçante, c’est pour cela que beaucoup de châtelleraudais et châtelleraudaises vont à Poitiers pour le Café ou le Thé ou bien faire des emplettes, ou bien pour un défrisage, abrite deux bijoux du patrimoine, l’église St Jacques, patron des pèlerins, et l’hôtel de Sully, un ministre du roy qui outre ses labeurs de bâtisseur à Châtell’ n’a jamais été inquiété par une mise en examen quelconque…pourtant il détenait les clefs de la cassette.

Je ne vais pas plus loin, faute de compétence dans le domaine de l’histoire patrimoniale de la Renaissance, pour aborder l’autre sujet de préoccupation pour moi, une réserve photographique remarquable, et inépuisable, dans la rue des pèlerins.

Le jour ou la nuit, un gisement de photos est là à portée de la main sans besoin de creuser bien profond, sous les pavés, pour un résultat plus que satisfaisant, que ce soit la nuit ou le jour; et l’absence de structures commerciales joue en ma faveur en excluant du casting photo, des passants et passantes incommodants pour les fixer dans la pellicule d’autant qu’ils ne manqueraient pas de m’attaquer pour atteinte à la vie privée … sachant combien certaines dames châtelleraudaises sont chatouilleuses quand on touche à leur page privée Facebook !

C’est très bien ainsi et je ne vais pas faire du bashing pour l’absence d’enseignes commerciales ou de drugstores quelconques; il n’y a rien à changer au décor !

Une économie patrimoniale particulièrement enrichissante.

 

Reflets dans les eaux de la Vienne …

Pendant quelques instants mon attention charmée se fixait sur les eaux lustrées de la Vienne portant le pont Henri IV !

Qui pourrait dire qu’il n’est pas photographié sous tous les angles et cadrages, le jour avec le soleil comme compagnon et la nuit sous les étoiles, ce brave pont, « le Pont Henri IV », star incontestée de Châtellerault, qui ne manque pas de relier deux quartiers de la cité, en guise de trait d’union et de convergence unanime,  et se retrouvant à faire la couverture de moult pages Facebook, et…qui demeure, en toutes circonstances, et quelle que soit la météo qui l’entoure, le beau le monsieur de la ville, toujours gaillard et alerte, malgré son âge !

Mais quand la <belle> lumière est là pour rehausser ses lignes…c’est un renversement complet.

Ce matin-là, j’ai l’impression que la tourelle était plongée dans l’eau, alors que la température était particulièrement froide !

Fort surpris en ce dimanche ensoleillé de novembre, un début de matinée où la lumière garde encore une faible inclinaison pour affirmer davantage ses belles formes.

Je ne l’avais jamais vu ainsi !

La lumière était vraiment comme il le fallait et il fut inutile de s’acharner à trouver des bons réglages du diaphragme, vitesse ISO, et autres, pour rehausser les couleurs et les perspectives. Un éclairage tellement comme il faut que la Vienne devînt un miroir d’excellente facture, avec un éclat aussi brillant sur les eaux de la rivière que dans l’air !

 Un régal plus que régalant de plaisir et de bonheur.

Pont Henri IV – cliquer pour agrandir

 

 

Monsieur le journaliste …

Moi photographe ? Mais vous rigolez ?

Extrait NR

Monsieur le journaliste, je ne suis pas photographe et ce bien que je fasse des photographies, en pagaille, pour mon plaisir surtout, et aussi afin de mettre en avant les atouts – patrimoine et environnement – du Pays châtelleraudais, parce que le « bashing » est un sport fort apprécié sur les rives de la Vienne, et il faut un contre balancier, d’autant que je prends toujours la défense des autres…

Sachant bien que quelques personnes apprécient cette démarche, et en particulier parmi la diaspora, je maintiens cette initiative, d’autant que votre confrère de journal Anthony Floc’h n’a pas manqué de mettre en exergue cette approche, recueillant ainsi une petite notoriété supplémentaire…Et ma reconnaissance est affirmée envers votre journal La Nouvelle République, que j’apprécie, en le lisant quotidiennement, même si je dois tricher pour le lire gratos.

De plus, fort surpris de lire ici  dans la Nouvelle Républiqueque je ferais un peu comme ceux qui font de la poésie sans être pour autant des poètes, puisque vous notez que mes phrases rimeraient !

Pas monsieur Jourdain pour autant non plus.

Photographe, poète, etc… Trop de compliments …Too much !

Continuer la lecture de « Monsieur le journaliste … »

Je n’ai pas compris !

Je « me énerve » quand je ne comprends pas, et j’ai l’impression de voir mes oreilles s’agrandir et me retrouver au fond de la classe, là où il fait le plus chaud en hiver, avec les cancres, et ceux qui n’ont pas la moyenne mais ils rigolent au moins…et nous faisons fâcher la « maîtresse » d’école …qui adore les chenapans en culottes courtes. 

Ils n’aiment pas le coloriage ! Ah bon ?

Bon si maintenant les œuvres d’art et les monuments du patrimoine ne peuvent pas être colorisés, notre vie va devenir très tristounette et même notre tour Eiffel, ne pourra pas recevoir les couleurs de la fête …

Il paraît qu’il y a une polémique à Châtellerault ! La presse locale en parle …

Je ne l’ai pas vue pourtant traverser le boulevard Blossac ni encore moins la Grand’Rue de Châteauneuf !

Un article de presse de la NR, avec un commentaire d’un ex-SG municipal et de la number two de la liste des édiles …

Mon Dieu, Mon Dieu quelle affaire Jean Pierre !

Quelqu’un trouve cela d’un goût kitsch de coloriser les cheminées jumelles de la Manu !

Pour reprendre la vox populi : « les goûts et les couleurs … »

S’il y en a qui n’aiment pas les coloriages de la MANU, moi, je me suis donné à cœur joie à coloriser (avec les photographies) le pont Henri IV, sans demander avis aux artistes et architectes concepteurs du monument « phare » de la ville, pour faire un peu le potache, et tant pis si mes photographies prennent un air très kitsch !   

En tout cas, monsieur le Maire de la noble cité de Châtellerault, si vous avez l’opportunité de « recolorer » à nouveau le pont Henri IV, pour les prochaines festivités à venir, je serais très heureux ; merci d’avance, en attendant 2020 !

Je me souviens – comme si c’était hier – encore de ce moment plein de bonheur durant la Fête de Vienne 2016, un samedi nuit…C’était superbe cette féerie de couleurs …Et tous les photographes amateurs se bousculaient pour mémoriser la meilleure image de la fête …Ne nous privez pas de fêtes …Cela nus donne un peu de bonheur vu tous les problèmes qu’il y a !

Et restons – en clap de fin – sur une représentation coloriée qui devrait – je l’espère – faire l’unanimité !

Vienne châtelleraudaise et républicaine

 

 

Images fracturées !

Autres Images de Châtellerault et de son Pays, que nous ne voyons pas très souvent dans les médias mais exclues des pages, murs d’expression et sites des hommes et des femmes politiques locaux, qui préfèrent montrer des images autrement plus « communicantes ».

Au N° 13…

Depuis cet été, les paroles – que le vent emporte facilement surtout lorsque les tempêtes tropicales balaient les côtes du Pays – ou les bons mots dans la  presse – que les vieux journaux jaunis emmagasinent à profusion –  autour de la réduction de l’APL, pour aider les fragiles ; les modifications du taux de la CGS, pour taquiner les retraités qui ne travaillent plus (quoique !) ; les généreux (et superfétatoires) cadeaux fiscaux aux heureux contributeurs de l’ex-ISF, le réduisant  à présent à une « super taxe foncière » presque indolore; les coupes budgétaires toutes azimuts – une poignée de millions par-ci une autre poignée de millions par-là, tous secteurs dans la territoriale ; une politique de « rabotage » systématique des budgets…pour faire rentrer les budgets (et les déficits) dans les contraintes européennes sans que les fondamentaux soient pris en compte, à savoir une véritable réforme de la fiscalité française – tant promise par les présidents passés, et fort coûteux à entretenir,  et jamais entreprise – puis l’équité sociale d’autant que les disparités sont là et ne seront pas du tout gommées avec ces perspectives très comptables, mais paraît-il le bonheur serait au bout du chemin dans deux ans, c’est dit…On regardera les chiffres !

Les revenus dans la géographie locale :

Cliquer pour agrandir les tableaux

Et quelque part, en balayant les données Insee, remarquer la clarté de fractures – en termes de revenu – dans ce Grand Châtellerault, un peu une expression du genre « dis-moi où tu habites » ? pour faire état de disparités géographiques, et curieux chiffre, que celui de Moncontour qui ne manquera pas d’interpeller certains…pour faire anecdotique.

Âge & Pauvreté  :

Cliquer pour agrandir les tableaux

Géographique mais aussi intergénérationnel ou sociétal, pour mettre en exergue les difficultés d’une classe d’âge, la plus belle, quelque peu malmenée par les aléas …économiques …

Simple constat d’autres Images moins numériques – plutôt du genre statistique – mais des Regards quand même à l’heure où tout le monde donne son avis sur des questions de portée nationale mais le Pays Châtelleraudais y fait partie !

 

Skateparc: erreur de casting ?

Ce devait être une soirée photo autour de la MANU, et ses éclairages en version nocturne ce week-end, grossière erreur perso de casting photo !

Demi-tour droite, pas d’Images et changement de programme pour ne pas rentrer <bredouille> et sans Images puisque les cheminées de la MANU ne sont pas enjolivées de lumière ce soir et malgré des Regards insistants, je me suis laissé distraire  par les acteurs du Skateparc voisin.

Une vie nocturne très animée – et sainement – que vit ce Skateparc contrairement à d’autres lieux de la cité de Châtellerault

Au tout début, une foule de châtelleraudais critiquait sévèrement les milliers d’euros du projet, puis, les chantier à peine fini, les gamins, adolescents et jeunes le prirent d’assaut dans la joie et le bonheur et les remarques changèrent de ton et de coloration; peuple versatile alors ?

Puis, la fête, et une grande fête, la Fête de la Manu 2017, qui cette année fut « All Skateparc » pour la joie de tous et en particulier pour les gamins, les adolescents et les jeunes châtelleraudais; la joie et l’allégresse unanimes et tant de photos sur les réseaux sociaux. Et le politiques ne manquèrent pas de tirer – comme d’habitude – la couverture de la notoriété avec les photos sur les pages du quotidien locaux, et ce bien que tous n’étaient pas là !

Un triomphe certain pour les vélos, et autres BMX, planches à roulettes et trottinettes et des Images fort intéressantes à graver dans nos mémoires, y compris numériques. 

Une grande Fête !

Donc tout serait parfait ? Non 

Erreur de casting ? Oui 

Un projet inachevé ? Peut-être parce tout ce fut pas prévu par les brillants concepteurs de cette belle réalisation, pour le bonheur de nos enfants,  parce que la technique évolue tellement vite que tout semble rapidement dépassé y compris pour le vélos, trottinettes et planches à roulettes étant entendu, que les ingénieurs ingénieux du municipe, ont manqué de phosphore,  et noté, que les drones ont déjà débarqué dans un spectacle de nuit comme des papillons électroniques au vol majestueux !

L’aérodrome de Châtellerault aurait-il déjà changé d’adresse ?

Et si les concepteurs du Projet avaient fait une erreur de casting en omettant d’installer une tour de contrôle avec son aiguilleur du ciel, parce que bientôt après le passage du <Papa Noël> les nuits châtelleraudais du Skate parc risquent d’être fortement encombrées !

D’autres plaisir photogéniques en perspective à enregistrer bientôt ?

Châtellerault: dans la forêt avec les marcheurs ?

Bordel chez les runneurs et autres marcheurs ?

Drôle de question avec un drôle de vocable mais l’exemple vient forcément d’en haut donc faute avouée, faute pardonnée.

Choqué de l’avoir entendu ? Non pas du tout puisqu’elle fait partie de mes expressions quand cela ne va pas du tout mais surpris de l’entendre dans la bouche de ceux qui fréquentent les salons huppés de la haute finance et sous les lustres rutilants de la République.

Mais pourquoi il y aurait des « dysfonctionnements » à Châtellerault !

Ah oui, les groupes politiques de référence à gauche comme à droite connaissent la « refondation » ; drôle de démarche parmi les chapelles, groupes, groupuscules, courants, etc…qui les habitent. Les marcheurs, ceux de la politique en Pays Châtelleraudais paraissent unis et « homogènes » dans la victoire – c’est plus aisé dans ce contexte – mais d’autres marcheurs – bipèdes affirmés de l’exercice en plein air –  paraissent connaître de « sérieux dysfonctionnements » à la lecture de la presse locale dans sa rubrique « Châtellerault ».

« Les marcheurs châtelleraudais » connaîtraient une situation dite de « bordel » selon le langage macronnien ?  Une question qui n’est pas idiote parce, après les « Marcheurs châtelleraudais », un autre groupe sécessionniste, imite les politiques locaux en créant un groupe « concurrent » le long de sentiers de rando, pour constituer un groupe d’autres « marcheurs », mais ceux-ci se font dénommer « Marcheurs du Grand Châtellerault » ! Et bientôt du Poitou, Nouvelle Aquitaine…Querelles de vieux marcheurs ?

Autres bipèdes, le Galopins des Bois où les runneurs et les marcheurs nordiques trouvent des sphères bipolaires en raison des histoires de chefs ou bien des histoires de « galopins », allez donc savoir ce qui se passe parce que les marcheurs et les runneurs qui se sont fâchés, sans que nous sachions réellement ce qui se passe, parce que chacun invoque le droit de ne pas mettre le feu dans la forêt !

Peut-être, de manière tout à fait simpliste, il faut imaginer, une guerre du pouvoir, un peu du genre « Moi, président… » mais à petite échelle mais avec des egos fort affirmés et autres floraisons de narcissismes  caractérisés affichés quand même ! 

Qu’ils se querellent, je m’en fiche pour rester dans le ton des querelles mais en espérant que la forêt domaniale de Châtellerault, conserve sa sérénité pour que je puisse runner ou marcher en paix …

Navré de devoir écrire avec ces anglicismes de coureurs à pied !

Heureux de noter que la photographie en solitaire me met à l’abri de tout cela dans ces belles allées de la forêt autour du Lac de Châtellerault

«La MANU»facture: entre 2 Fêtes !

A la Manu, 2017 !

Comme tous les deux ans, c’est la Fête à la Manu.

2015, une autre fête photographique avec le shoot de celle qui devint « Giulietta », pour moi, la mascotte du Webzine ; une icône pour la photo de profil de la Page Facebook, « Autour de Châtellerault » (Images & Regards), et qui contrairement à d’autres pages ne change jamais son profil. Ce fut une photo que j’aime beaucoup, parce que, comme on dit,  dans les rues : « elle a quelque chose » que je ne saurai comprendre !

2017, nouvelle version de la Fête de la Manu, et point de Giulietta à l’horizon ; disparue !

Les spectacles, les distractions changent, le temps passe aussi …

Peut-être, qu’elle est passée à travers les vitres, comme le montre le montage, par superposition des images, à mi-chemin entre la rêve et la réalité, puis devenue « immortelle » à mes yeux, plus du tout palpable ou tangible, mais demeurerait – forcément – malgré tout une muse pour guider les textes qui accompagnent parfois les images issues de mes regards distraits !

J’ai eu beau regarder, depuis le matin au cours de la Fête de la Manu -version 2017 –  jusqu’au soir, les allées et venues des uns (et des unes) et des autres sans nulle trace de ce fantôme iconique du Webzine qui vous accompagne…et nourrirait ma vie de blogueur égaré sous les brumes de la Vienne, nostalgique des coups de vent  et des embruns de la côte sauvage bretonne !

Je devrais m’en accommoder et « faire avec » comme on dit dans les rues de Châtell’ mais néanmoins, je n’ai pas manqué de la rechercher, sans succès, dans tous les sens du terme durant la Fête de la Manu 2017…

 

Châtellerault : des ambitions à l’horizon !

Cyril Cibert : « ne prend pas les électeurs pour des benêts », formule chic et choc de sa rentrée 2017 !

Heureusement que notre conseiller régional de la « Nouvelle Aquitaine », a eu le sens de la formule politique, lui qui communique sans modération sur les réseaux sociaux – presque tous – m’a rassuré, lorsque je l’ai lue dans le journal local, La Nouvelle République, du temps où l’accès à version Web était free…

A présent, je vais chez mon marchand de journaux sur le boulevard Blossac.

Rassuré en ce qui me concerne mais loin de savoir s’il en est de même pour la population châtelleraudaise. Sont-ils maintenant convaincus que nos hommes (et femmes) politiques nous prennent comme il se doit ?

Il a formulé cette expression (qui est excellente ; encore bravo !) au cours d’une semaine où nos jeunes leaders politiques de la « nouvelle génération » qui n’a pas connu les Sixties ! ont eu les honneurs de la presse; c’est la rentrée…

En effet cette semaine-là, Véronique Lecordier, Cyril Cibert et Véronique Abelin, ne sachant plus dans quel ordre chronologique ils se sont exprimés, ont dit qu’ils étaient là et qu’ils faisaient leur rentrée

Mais quelle « rentrée » ont-ils réalisée ? Pas celle du CP ni celle de Sciences-Po puisque notre agglomération n’en dispose pas d’une antenne régionale de la prestigieuse école !

Feraient-ils le « dauphin » ou les « dauphines » au trône châtelleraudais ?

Trop benêt, moi, pour comprendre si c’est cela l’objectif !

Puis, j’ai fini par réaliser – quelques jours après –  un beau matin de très bonne heure, puisque je suis tombé accidentellement de mon petit lit et en flânant –  bien couvert – boulevard Blossac, j’ai réussi  par comprendre de quoi qu’il s’agît !

J’ai regardé devant moi, et grâce à la lumière éclairant parfaitement bien le cadre citadin, puisque le bourgmestre n’hésite pas à illuminer superbement le palais municipal, j’ai remarqué la beauté de la façade de la Mairie, prolongée par le plus que magnifique Théâtre Blossac…

Et les feux tricolores voisins clignotent de vert, orange et rouge pour laisser des belles traces lumineuses et colorées au sol…

Mairie de Châtellerault – Octobre 2017

Un cadre superbe à admirer sans se lasser !

Comment ne pas prendre en compte l’envie que le « dauphin » Cibert et les « 2 dauphines » Lecordier et Abelin, à peine déclarés, mais qui pensent, tous les matins en se rasant ou en mettant quelques touches de fard à joues ou marquer au khôl  vert ou bleu leurs beaux yeux, avec ou sans Chanel N°5,  briguer – le plus possible vite possible – le fauteuil prestigieux de bourgmestre châtelleraudais (et agglo en plus, en passant puisque cela va avec…) !

Et je vois déjà, le vainqueur de cette triangulaire, pénétrer majestueusement après avoir gravi les marches du perron, au son de l’hymne à la Joie, comme cela se fait ailleurs,  atteindre l’étage supérieur municipal et depuis le balcon admirer le ballet des jets d’eau de l’Esplanade François Mitterrand, décrivant des arabesques élégantes pour saluer respectueusement le nouveau vicomte ou vicomtesse du Pays Châtelleraudais.

Je ne sais si je serais là pour immortaliser la photo !

 

  

 

 

 

 

 

 

 

Châtellerault: exclu bashing !

Un commentaire reçu de quelqu’un – une dame – qui vit avec nostalgie son Châtellerault, qui demeure bien loin, dans les contrées du nord, sous les brumes, parfois, au bord des rives de la Vienne, mais partie ailleurs par les aléas de la vie…

Un moment d’émotion pour elle, puisqu’elle m’écrivit :  « Je viens vous dire un très grand MERCI je me suis régalée et pleurée aussi ; BRAVO, ma ville est très BELLE ! »

Peu importe son expression mais clairement une formulation qui vent forcément du cœur !

Nostalgie depuis l’autre bout de la France, quelque part dans le sud, ce qui me ramène involontairement sur l’air du « fou volant », sur la route de Narbonne !

Drôle d’impact sentimental en découvrant une page Facebook, certainement trouvée par l’entremise des algorithmes complexes du leader des réseaux sociaux …parce que rien ne prédisposait à ce que je croise cette dame par l’entremise du Web…

Peu importent les photos, l’essentiel est ailleurs…et les chiffres de fréquentation, qui e résultent.

Par son propos elle rejoint l’un des fondamentaux de ma démarche avec la Page Facebook, « Autour de Châtellerault », et son frérot de webzine « Images & Regards », Autour de Châtellerault, à savoir promouvoir le Pays châtelleraudais à travers l’expression photographique mais aussi permettre un lien informel par les images entre les uns et les autres, masculin et féminin compris, autour de « Ma ville ».

Mais d’autres « Amis » du réseau social de référence, portent aussi un regard positif de leur ville, Châtellerault, au vu des commentaires, partages, mentions « J’aime » et autres icônes mis à la disposition des internautes pour manifester leurs états d’âme devant cette image…

Quel bonheur, si le bashing, bête et quelque peu méchant, cessait pour mieux regarder  « sa ville » , avec lucidité mais avec le cœur éveillé, on serait un peu plus avancé !

 

Regards d’une nuit d’été – 2016 -cliquer pour agrandir

Une photo qui a touché 5.465 personnes, en six jours, reçu  243 mentions ‘J’aime’,avec  30 partages et 24 clics sur la photo…