Les marcheurs dans Châtellerault !

Une fièvre s’est emparée de la France en mai 2017, et à Châtell’ aussi …

Une foule de marcheurs s’est répandue partout, et leur guide, et banquier, pris l’Elysée et les autres instances du pouvoir, parfois avec maladresse dans la chambre basse du parlement, et dans la Vienne leurs candidats – mâles délaissant la gent féminine – ont accaparé tous les postes offerts à la députation. Même à Châtellerault leur « marcheuse » a dû s’effacer – avec le sourire et un fair-play politique de gentlemen – devant les diktats du duc du Béarn et de sa copine Murielle, encombrée avec ses assistants, qu’elle a bien encaissé sur ordre de l’échelon supérieur du maréchal-ferrant; mais d’autres horizons paraissent s’ouvrir dans la territoriale !

Et si les marcheurs bousculaient également le donjon municipal ?

Un nouveau Châtellerault devant nous ?

La presse locale nous annonce que les marcheurs se sont mis en ordre de marche municipale !

Ils seraient deux (…) pour « piloter » la manœuvre mais tout laisse penser que Véronique(Lecordier) voudra prendre la place de leader du Team des marcheurs châtelleraudais, hors clubs de randonneurs locaux bien assis…et lassés de marcher.

Ce serait rester dans une tradition (ou image locale), dans une série Véronique Abelin, une tradition familiale ; Véronique Massonneau, une écologie colorée, et Véronique Lecordier, basketteuse, décidée certainement à marquer du haut de sa taille, un panier à trois points, un tir réussi à longue distance, hors limites…de la zone municipale, contrainte alors de quitter la rive gauche du boulevard pour traverser l’artère principale et s’asseoir, rive droite, de l’autre côté du boulevard…en Mairesse de tous les châtelleraudais.

Ah ! ce serait drôle un tel assaut du « castrum châtelleraudais » pour reprendre les exploits du Haut Moyen Age aux côtés de La Vienne avec Araldus !

N’allez pas imaginer que je sois devenu marcheur depuis mai 2017, et par ricochet fan de « Véro Elle », vous êtes dans l’erreur complètement puisque c’est « Véro Elle » qui est plutôt fan de ma page Facebook autour des photos de Châtellerault ; ce qu’elle confirme de temps à autre, sur le network social préféré des châtelleraudais…avec des clics de souris entre deux paniers basket ou deux trottines avec les copines, selon le calendrier de la semaine, sur une photo « Autour de Châtellerault ».

Mais quel bonheur de voir les habitudes – et les usages – être bousculées autour de la mare municipale (Esplanade François Mitterrand) devant le palais municipal du bourgmestre Abelin, puisque c’est le « nouvel péril » qui s’annonce dans une atmosphère politique où les principales composantes ont pris du plomb dans l’aile…

Cela nous sortira des ronronnements habituels !

Nouveau Projet pour Châtellerault !

L’écrivain châtelleraudais, David Pascaud, qui a fait roman de l’ancienne histoire du Haut Moyen Age à Châtellerault, m’adressait cet encouragement, après l’annonce de la reprise des Post ici en écrivant – ce qu’il fait très bien ; compliment apprécié – « Je souhaite une très belle saison 2 à ce webzine devenu indispensable par les angles de vue et de point de vue qu’il offre sur Châtellerault et son pays ». Qu’il se rassure, puisque question angles ce serait plutôt droit et images pour les points de vue mais sans m’assimiler à Images & Points de Vues plus proche des princesses que moi…

Je suis entêté pour ne pas manquer de courage pour affronter la saison 2 du webzine qui fait sa passion Autour de Châtellerault, avec ses Images, et parfois quelques mots décalés. Oui le courage est là, d’autant que pour cette rentrée 2017, j’ai des raisons objectives d’être mesurément optimiste tout en gardant mes pieds sur terre !

Je pense avec conviction que des nouveaux éléments sont là pour faire de notre Châtellerault, pour ceux qui le détestent ou le dénigrent sur les réseaux sociaux, comme pour ceux qui le défendent mordicus, et moi je me suis rangé clairement dans la seconde catégorie, parce que les derniers seront toujours les premiers …


Autour de St Romain à Châtellerault

Notre Patrimoine châtelleraudais sera sauvé !

Eh bien oui, qu’on se le dise le long des rives de la Vienne mais également autour du Pays des quatre rivières (La Vienne, l’Ozon, le Clain et l’Envigne) mais aussi près des autres nouvelles rivières qui se déversent par décret gouvernemental traitant des réformes de la territoriale (Creuse & Gartempe) qui sont venues agrandir le Pays pour en faire un Grand Châtellerault ! Waouh …

Un patrimoine abandonné !

Et il faudra dire maintenant le « Pays des SIX rivières » comme le Tournoi de rugby ou un SET pour ceux qui aiment la raquette…

Parce, dorénavant, notre Patrimoine architectural sera sauvegardé et protégé comme il se doit !

Celui qui sait parler aux princesses – et à leurs patrimoines – et qui connaît parfaitement tous les villages de France et de Navarre, sieur Berg, connaisseur certainement de notre belle cité patrimoniale des bords de la Vienne Royale, pourra enfin non seulement prendre soin de nos richesses patrimoniales et autres et j’espère qu’il prendra en considération les autres petits patrimoines en péril comme l’artère Bourbon pour lui rendre un nouvel éclat princier …commercial et prospère.

De grâce, si vous permettez, mon Cher Stéphane, puisque vous êtes devenu « ambassadeur plénipotentiaire», sans portefeuille ni rémunération bassement mercantile, faîtes-moi plaisir ! Et je formule le vœu que vous mettiez tout en oeuvre en œuvre, et vos compétences et la qualité de relations dont vous jouissez avec le Prince (et la princesse Birgit du Touquet), pour entamer et finaliser la restauration de notre plus belle église châtelleraudaise, celle de St Romain !

Les châtelleraudais – et moi aussi même si je ne le suis pas – sauront reconnaître votre réussite ce qui les confirmera citoyens d’une cité plus que millénaire !

Si Paris valait bien une messe, pour Henri IV, les châtelleraudais aimeraient bien retrouver leur première église …

 

 

 

 

Interlude estival

Mes 12 coups de cœur !

Il s’agit de partager douze coups de cœur photographiques ensemble…

Il ne faut pas que ces photos demeurent esseulées dans les archives du Cloud égoïstement…

Des Images mais surtout des Regards du photographe …

Un brin de nostalgie dans la nature et les espaces autour de Châtellerault

Des couleurs aussi …

Beaucoup de bleu et accessoirement  du vert – mes couleurs, les miennes. Le bleu qui a inondé mes yeux depuis la lointaine enfance et, puis le vert, qui m’a tant fait défaut à regarder tous les jours…

Des Images et un Regard, un moment de détente en toute tranquillité pour cette période estivale !

Bonnes vacances …

 

 

 

Châtellerault avec des Images et un autre …

Forever Châtellerault !

Un autre Regard(s) mais au pluriel …

Pont Henri IV

Le blog a connu une semaine et un mois trépidants !

La meilleure audience hebdomadaire depuis le lancement …

La meilleure audience mensuelle depuis la création…

Un TOP des TOPS

Esplanade F. Mitterrand

Même les audiences qui ont suivi la promotion donnée à travers  l’article de La Nouvelle République ainsi que les audiences de la saga du Facteur de Colombiers avec le bel article de David Pascaud, ont été dépassées cette semaine qui vient de se terminer, la vingt-neuvième week de l’année 2017 !

Des images du Pays Châtelleraudais, un peu en décalage des autres et plein de regards, parfois taquins de notre vie locale …

Les topettes ne seront pas là toutes les semaines, ni tous les jours non plus !

Comme les cours de la bourse et du CAC 40, avec des hauts et des bas …Comme notre humeur, nos joies et nos peines…Ah ! il y a eu quelques turbulences avec le changement de maquette mais à présent tout est rentré dans les habitudes des internautes …comme les citoyens réticents aux changements de partition, puisque nous aimons entendre les mêmes rengaines musicales … 

Et pour une fois montrer, les deux images que les supports ont véhiculées avec le plus d’estime, deux beaux icônes de la cité de Châtellerault ! Le pont Henri IV et le boulevard de Blossac !

Mais en définitive c’est Giuletta, la mascotte, qui est la plus heureuse …de tout ce tintamarre médiatique.

Avant d’oublier, bien «mille mercis» à vous toutes et tous, qui perdez votre temps à passer par là !

Châtellerault: Happy news !

Bonne nouvelle !

Une bonne nouvelle qui se cachait derrière le magma peu accessible des chiffres municipaux de Châtellerault dans les compteurs et indicateurs de  l’Insee !

Que personne regarde ou presque …Certain que les gens ont raison de délaisser parce que ce n’est pas une lecture aguichante.

Le commerce châtelleraudais, un sujet qui fait polémique et ravive les passions et fait parler dans les chaumières du bord de Vienne et sur les réseaux sociaux…

Regardons les vitrines de la rue des Mignons …

La « nouvelle rue Bourbon » ? de Châtell’ 

Cliquer pour agrandir les images 

Un reportage sur les JT des grands médias, peu objectif, un commentaire sur les vitrines inoccupées de la rue Bourbon, et voilà le déluge des propos des optimistes, tout va bien, et des pessimistes, c’est une catastrophe économique ! Et ma tête tourne comme si je regardait depuis les tribunes un match de tennis …

Oui, c’est certain, Châtellerault, et bien de cités de France et de Navarre, ont encaissé le choc brutal de la crise des subprimes, merveilleux cadeau des banquiers, avec ses effets indirects dans un monde en changement, et plus particulièrement dans le secteur commercial où les « boutiques à papa », n’ont plus la côte ! et pourtant « la barbe à papa », rasé de près ou pas, a autant de succès parmi les confiseries des marchands de foire…

A Châtellerault, cette année, un bon nombre de commerces ouvrent leurs portes, en remplacement d’autres désuets; seraient-ils les expressions d’une nouvelle approche commerciale ? Ainsi, rue des Mignons trois nouveaux magasins, un autre mode opératoire se mettrait en route, avec des enseignes au profil nettement différencié de celles du passé ! Les commerçants autour du marché s’organisent, les fromages accompagnent un coup à boire au Marché des Halles …et « le fromager » fait du bruit pour attirer le client !

Un vent nouveau commercial ?

Mais pour lui donner une contenance sérieuse au propos, il y a un graphe de l’Insee qui a retenu plus que mon attention : L’évolution des créations d’entreprises à Châtellerault intra muros …dans la ville seulement. Une expression qui a plus de poids que tous les discours et commentaires des politiques dans la presse et dans les réseaux sociaux.

Après le tourbillon de la crise 2009, la création d’établissement – toutes activités confondues –  depuis la période 2014-2015, connaît une phase ascendante !

Rien de plus simple qu’une information graphique de l’Insee pour le prouver et donner un coup de fraîcheur dans la tête aux châtelleraudais …en période estivale où l’astre roi cogne très dur …

 

Evolution des créations d’entreprises 2009-2015 – Châtellerault – Insee

«L’entreprise individuelle» connaît un regain de croissance; hirondelle printanière ?

Pourvu que cela dure !!!

Châtellerault: Une autre promenade…

Vraiment une nouvelle promenade le long de la Vienne ?

Non, mais elle a drôlement changée …cette promenade.

Tout change, tout se transforme, un mouvement inéluctable également sur les bords de la Vienne du côté de Châtellerault, mais rive droite …Notre maire a mis en œuvre ses projets au profit de l’embellissement des bords de la rivière qui la traverse.

Oui, une promenade très agréable qui est là depuis toujours mais elle bien changée ces derniers temps ! Entre les travaux municipaux réalisés, et je me demande où notre bourgmestre trouve les ressources nécessaires pour les accomplir avec tous les coups de rabots encaissés puisqu’il s’en plaint très souvent, et les travaux bucoliques des riverains pour agrémenter leurs parterres privatifs, ont fait, une belle et agréable promenade qui s’offre à nous, à Châtell’ sur Vienne, sans taxes ou contributions de circulation ou péages quelconques pour tous âges confondus …d’autant que vous pouvez vous lâcher sans retenue en l’absence de radars surveillant vos dépassements de vitesse ! Et portant certains profils inciteraient à appuyer sur le champignon…comme dans circuit automobile spécialement aménagé pour le bolides …Sacré JP, qu’est-ce qu’il ne ferait pas pour ses administrés…

La promenade reste encore nostalgique en regardant encore derrière un passé encore trop récent mais au-delà du chemin, à fur et à mesure de votre avancement, les changements sont bien présents …à vos yeux.

Puis en fin de parcours, vous ne pourrez que retrouver une vieille carte postale nostalgique autour du pont ferroviaire sud de Châtellerault, où il est à présent inutile de tendre votre oreille puisque les TVG ne sifflent plus du tout pour le grand bonheur des riverains…

Comme quoi tout change !  

Araldus : un macho du Moyen-Âge ?

Je me suis posé la question : serait-il un macho celui-là ?

Oui, je parle d’Araldus, dont ses relations avec les dames mérite que l’on s’attarde, parce que des fois, pendant les ripailles – tout en buvant avec excès et en rotant sans retenue –  dans son castrum châtelleraudais, il avait de ses pulsions – souvent revenues –  mais son cœur de Roméo du Haut-moyen Âge à Châtellerault mérite que l’on s’attarde pour cinq minutes de bonheur littéraire !

La vie amoureuse d’Araldus m’a passionné …moi qui n’aime pas du tout les romances et les récits à l’eau de rose !

Araldus aimant tendre et réfléchi ou cosaque dévastateur de cœurs ?

Autour de St Romain à Châtellerault – Lumières du matin …

Au départ il ne manque pas de nous montrer son côté amoureux ! qui plairait tant à ces dames de Châtellerault ! et des environs aussi, en Pays châtelleraudais.

Accrochez vos cœurs …

Il aime cette nuit douce, si douce, aussi douce que les cuisses de sa Gersinde. Allongé sur le dos, il contemple le ciel, et au milieu de cette constellation  d’étoile, il imagine le visage de sa Jeune femme. Une pensée terrible et furtive interrompt sa rêverie. L’inquiétude a brutalement assailli son esprit.

Comme dirait l’autre, l’amour dans les étoiles comme s’il approchait les étoiles du firmament du septième ciel au-dessus de la Vienne ! Cela promet pour les prochains épisodes …

Mais Gersinde tombe dans les bras d’un Araldus personnage truculent… Un Araldus qui ne manque jamais de cran pour dégainer son épée du fourreau, et prend Gersinde comme s’il était en guerre… et finalement  la plume de David Pascaud, peint – avec des mots –  un Araldus sensuel ! et le texte est prenant …

La souffrance se mue en plaisir ; les vagissements saccadés deviennent des cris prolongés. Dans un tonnerre de froissements de paille, de soupirs rauques, d’éclats de voix, Araldus inonde le ventre. Il se redresse sur ses avant-bras. Sous lui, les cris exaltés de Gersinde sont redevenus des petits gémissements plaintifs et étouffés.

Une musique littéraire est à savourer entre, et parmi les mots de cet Araldus jouisseur ! Une poésie amoureuse qui ne peut que sublimer …

Mais finalement cet Araldus n’est qu’un homme ordinaire, bien qu’il soit le maître de ce Châtellerault à peine sorti des terres du Poitou, en bordure de Vienne …qui a droit de vie et de mort sur ces hommes et femmes autour de son castrum …

Et là, ma lecture, page 162, je retrouve une des plus belles phrases de son opus Araldus

Un Araldus, soucieux du rôle des femmes et de leurs souffrances, parle merveilleusement bien de la maternité des femmes, dans un langage cru mais tellement beau et vrai …

Araldus a pris place entre ses deux compagnons. Seul le feu parle, et chacun se laisse bercer par son chant mystérieux. Le chef du castrum ne détache pas son regard du ventre arrondi de sa femme. Quel monde étrange se cache donc là, sous cette chair déformé et odorante. Est-ce force divine ou bien diabolique que faire enfler un corps de femelle, même le plus frêle, d’y faire surgir un être sanguinolent, parfois mou et sans vie. Parfois  hurlant à en déchirer le ciel ? Et ce corps suant qui fut l’objet d’amour, éreinté et pris de tremblements, qui se fige soudain dans la posture hideuse de la mort… Araldus a déjà vu cela, chez des paysannes dont les hurlements lui ont semblé être ceux de damnées. Il songe avec angoisse que la nuit du dehors habite aussi ces entrailles maudites.

Araldus, voit les ans et les lustres de la vie passer et après ses attitudes parfois brutales pour ne pas dires bestiales il  s’assagit au fil de la vie pour arriver à dominer ses pulsions amoureuses ! 

Mais le maître du castrum ne se contente pas du simple choix d’une journée ultérieure à celle de la messe ; pendant les jours qui précèdent le rendez vous, il s’efforce de montrer une attitude pieuse au Ciel ainsi qu’à son entourage : il ne s’enivre plus de vin, ne culbute pas la première servante venue qui l’émoustille, contient ses furies colériques, prie tant que ses mains jointes le permettent… Il réprime ses pulsions les plus enfouies, ses désirs les plus prompts.

Une leçon de vie ? Ou reflet de la vie …

Il a écrit: Châtellerault, une misère !!!

Janick Sallé de Lencloître a écrit : Châtellerault c’est la misère !

Expression relevée parmi les échanges Facebook sur un Post, portant sur l’essor économique de Châtellerault en rapport avec Poitiers et Tours ….entre autres commentaires plus ou moins appropriés, mais là, comme une saillie inacceptable  …

Formule laconique, un peu à l’emporte-pièces comme bien souvent entre commentaires de Facebook, ou bien des propos consignés comme une sorte de défouloir, attitude réductrice voire plus que simpliste… Mais sait-il, ce monsieur,  ce qu’est être misérable ou bien la misère ?

Pont Henri IV – Châtellerault
La Vienne au pont Camille de Hogues à Châtellerault,

Je pensais que cela voulait dire : « faiblesse et néant de l’homme » ! selon le Littré …

Jusqu’à un certain moment, la misère était – pour moi – une expression du langage du jeu de cartes du tarot, mais depuis que je l’ai rencontrée, la vraie misère, elle m’est resté ancré dans mes neurones à jamais, et je n’ai jamais utilisé cette expression ni dans le langage des cartes ni encore moins, dans les conversations de tous les jours.

Quand vous l’affrontez la misère, elle vous marque.

Pour l’avoir côtoyé, et c’est très pénible à vivre, et encore plus lorsque vous ne pouvez pas vous apitoyer en raison des obligations professionnelles…

La misère, c’est entre autres, connaître la faim, et ne pas manger à sa faim, comme de millions d’hommes, femmes et enfants, dans le monde, et devoir se contenter d’un seul repas par jour, et quel repas, pour un seul repas quotidien ; être misérable c’est vivre avec un dollar par jour comme disent les experts en développement ; être misérable c’est vivre dans un logement de fortune, voire insalubre, soumis aux moindre aléa climatique ravageur; être misérable, c’est un enfant qui n’a pas de crayon ni cahier pour pouvoir aller à l’école ; être misérable c’est de ne pas avoir l’eau courante et l’électricité à son domicile, laissons de côte le Web et ses réseaux sociaux y compris les zones blanches, que dans bien de pays elles sont bien noires de l’Internet ; être misérable c’est aussi ne pas disposer de médecin et de structures hospitalières, et ce n’est pas un misérable dispensaire de brousse dépourvu de tout, qui apportera la réponse aux maladies et aux souffrances ; être misérable c’est de voir ses enfants emportés par les maladies infantiles, de manière récurrente, etc…

Et je ne peux que me souvenir du propos du toubib qui m’accompagnait, en voyant un enfant de six ans jouer pieds nus dans une mare où croupissaient des eaux pestilentielles…Lui, à présent ne craint plus rien, il est doté des antidotes adéquates… Ceux qui jouent à sept ans, vivront longtemps !

Et je me suis doté de toute une panoplie de termes pour la désigner : la misère heureuse lors qu’il doit s’enivrer au vil rhum frelaté, pour oublier sa condition ; la misère propre parce que l’eau est accessible ;  la misère digne, au-delà de la misère commune portée fièrement, et le regard digne; la misère misérable, etc…mais peu importe les degrés mais c’est toujours une misère…Expressions que je garderai dans ma tête, à ne jamais dire à quiconque, pour ne pas choquer ni froisser …Un cryptage horrible.

Je n’ai point vu de tout cela à Châtellerault !

Pauvreté oui, comme partout hélas, mais jamais la misère – au moins visible sans retenue ici et là à droite et gauche qui court partout – dans les rues de la cité !

Ecrire une telle expression est plus qu’infamant, pour la cité et ses habitants.

Avec les enfants: au théâtre Blossac !

Au théâtre Blossac, sixième visite mais celle-ci plus que familiale !

Lors de la dernière visite, c’était la cinquième, comme la symphonie; en musique…avec la harpe de Sandra Florence.

Mais ce n’est point pour elle que je suis venu avec Manoute…mais il y avait aussi d’autres d’enfants et adolescents ! pour la visite d’un après-midi estival de juillet 2017.

Comme quoi même les mineurs peuvent aimer les belles et grandes choses de notre patrimoine châtelleraudais …

Continuer la lecture de « Avec les enfants: au théâtre Blossac ! »

Oups : Le 14 juillet 2017 !

Je ne devais pas me trouver boulevard Blossac, ce 14 juillet 2017, date anniversaire d’une autre date célèbre, parmi celles qui ont marqué l’histoire du monde, au même titre que 1492, ou bien 1969, année lunaire par excellence…

De manière fortuite, j’ai du emprunter cette artère châtelleraudaise par excellence…

Une autre photo – celle ci-dessus – avait marqué pour moi dans l’intimité cette festivité, la veille, avec une pensée pour les couleurs et ceux qui combattirent pour la liberté dans la République…

En passant, derrière deux allées de véhicules, d’un côté les pompiers et de l’autre une armée de véhicules de collection de la dernière guerre mondiale, une image rentrât dans l’objectif ; devoir faire vite pour ne pas rater la pose …peu importent les réglages !

Comme un regard du passé de mes vingt ans, une classe d’âge passée, des images d’Epinal des films à recettes aux guichets des cinémas pour rire avec les gendarmes et leurs truculentes attitudes ! Comme une rêvasserie : « Les gendarmes de Châtellerault », qui auraient encore leur caserne à quelques encablures derrière …

Mais plus loin, était installée la « tribune » officielle, avec les élus, les invités, les porte-drapeaux, etc…côté rive gauche châtelleraudaise, un groupe compact, actif aux cérémonies, avec certaines personnalités jouant du smartphone en vidéo, pour un live dédié aux réseaux !

De l’autre côté quelques personnes, en groupes très clairsemés, ce qui valu la remarque de la presse locale : Un 14-juillet peu suivi ! – Une foule d’élus, 19 porte-drapeaux mais un petit public. Texte qui laisserait entendre qu’un groupe, la foule, était bien plus important que l’autre, un petit public ! Mais les trompettes de la renommée sonnaient ailleurs…

Mais dans tout cela, je ne point découvert la présence du nouveau député …Oups ! Le voir parce que je ne l’ai jamais vu…

Où est –il ? Recherchons-le sur les réseaux sociaux, peut-être …Facebook, pas de nouvelles « news » depuis le 10 juillet, le site Web du député reste encalminé depuis les dernières législatives, Twitter, quelques tweets, ou plutôt les retweets du président, du premier ministres et autres reprises d’autres mais rien du 14 juillet 2017 dans son arrondissement ; pas vu, pas entendu !

Pour un changement, c’est un changement de cycle parce que de l’abondance, nous sommes passés au « presque silence » …

Attendons pour découvrir la « nouvelle politique » en terme de communication …

Wait & See !