Images & Regards

Autres Regards de FH

Le dimanche à Châtell’ !!!

Pas comme les autres jours de la semaine …

Ce n’est pas encore le titre d’une chansonnette à fredonner, comme ce fut un « dimanche à Orly » avec un célèbre chansonnier, depuis longtemps disparu, pour voir les géants des airs décoller et se poser. Par contre la cité poitevine pourrait  les remplacer avantageusement en  y mettant ses grosses bulles d’air gonflés à l’hélium, et particulièrement colorées de bandeaux publicitaires, en fond d’écran sur le ciel …pour recouvrir harmonieusement d’hypothétiques notes musicales pas encore diffusée sur ondes…

Je dirais plutôt, dimanche à Châtell’, un jour pas ordinaire mais quelque peu bipolaire, à regarder de plus près !

D’abord, le jour dominical démarre encore plus tard que les autres jours de la semaine laborieuse. Point de décalage horaire toutes les semaines pour le justifier, mais certainement les effets consécutifs à une soirée davantage poussée à ses extrêmes et vraisemblablement aromatisée par les effluves de l’alcool, et pour certains d’autres substances plus ou moins tolérées, parce qu’en effet, le boulevard Blossac tarde à se remettre en selle pour le jour du Seigneur. Pourtant le seigneur Abelin II, le deuxième de la dynastie locale, offre en vain, donc sans recettes municipales adossées, la gratuité des ses parkings « en ville », pour attirer le chaland à faire ses emplettes le dimanche.

Oui, après la dissipation des brumes et des brouillards matinaux du dimanche châtelleraudais, le côté « gauche » du cours Blossac, s’anime avec l’arrivée des premiers intrépides matinaux qui se bousculent aux nombreuses boulangeries et pâtisseries environnantes, en quête du pain quotidien et des «gâteries sucrées» hebdo, au point de faire la queue comme si nous connaissions  le rationnement de la farine, quelle soit bio ou pas ; les petits achats de dépannage aux supérettes, où quelques employés font des « heures sup » sérieusement taxées depuis mai 2012, hélas pour eux, et bientôt libérées, un « yo-yo » fiscal ; la récupération d’un paquet de clopes manquant ; le « petit noir » à avaler avant de démarrer le dimanche ; sans oublier aussi les fidèles célébrant le rite dominical religieux, et tout ce monde – toutes et tous – disparaîtra – tout d’un coup –  des écrans radar châtelleraudais aux treize heures sonnantes de la pendule au fronton de la maison municipale qui règne sur cet espace –  l’heure du top départ – de la grande bouffe dominicale, pour laisser un vide sidéral dans cette place centrale à l’heure des vêpres !

Et le rideau est tiré pour le restant de la journée …seul demeure – boulevard  Blossac – en activité ininterrompue « la tirette bancaire », automate financier de la Poste, pour occuper l’espace châtelleraudais, qui a un succès fou.

Mais il y a l’autre côté du pôle châtelleraudais : Le lac de la forêt qui est accaparé par un autre segment de la population locale et qui démarre ses activités plus prestement : les sportifs à tout va !

En effet, la forêt et le lac sont pris d’assaut – de bonne heure et de bonne humeur –  par d’autres châtelleraudais, au profil vestimentaire bien différent de ceux qui traînent cours Blossac parce que de ce côté-ci la vitesse et la performance sont les critères de référence – qu’ils soient à pied ou en vélo – et qui se vêtent adéquatement avec des tenues particulièrement colorées – manifestement la teinte jaune ou orange dominent – pour être repérables de loin en cas d’égarement dans cette forêt au charme fou quelle offre quelle que soit la saison où on s’y promène, au risque de s’égarer pour ceux qui n’ont pas de boussole dans la tête ou ratent les petits panneaux indicateurs qu’ils soient rouge, vert ou jaune !

Deux mondes bien différents d’une même cité qui se côtoient.

N’ayant pas le don d’ubiquité c’est un dilemme dominical qui se pose devant moi …

Mais je fais quoi moi ?

Je rêve tous les dimanches, en boucle, de ce que mi manque le plus …

 

© 2019 Images & Regards

Theme by Anders Norén