Jeudi d'août: Jour de la presse !

 Les bacheliers potassent dur pour passer les épreuves…

J’ai tiré mes épreuves, le travail de toute une année de labeur photographique, pour ce rendez-vous annuel, que les dames (Virginie Tostain & Isabelle Laissy) du Patrimoine Châtelleraudais – Pays d’Art et d’Histoire du Pays Châtelleraudais – préparent avec amour et tendresse pour vanter les atouts du Pays, et ce tous les ans ; la ritournelle photographique de l’agglomération !

Heureux de voir, qu’une poignée de photos imaginées par des photographes sans prétention qui montrent leurs photos, sans vainqueur désigné, pour meubler les murs de ce beau bâtiment de l’Hôtel Alaman, qui abrite dans ses murs les officiants aux activités touristiques, encadrées et montrées – les clichés sélectionnés – au public pour nous rafraîchir les mois de l’été Châtelleraudais mais, qui voit ses habitants émigrer vers les plages de rêve…

Et en plus, vous pourrez admirer gratuitement 32 photographies de qualité reflétant notre Patrimoine – pas besoin de prendre un ticket d’entrée –  puisque les droits d’auteur des acteurs ne sont pas pris en charge, en raison des restrictions budgétaires…Et pourtant, la qualité se paie très cher aujourd’hui !

N’hésitez point à venir les découvrir !

En attendant, pour d’autres, parmi eux, de se voir lus, et vus dans la presse locale, avec leur mention « meilleurs clichés », parce qu’elles rempliront les pages du journal, dans une période où l’actualité reste moins chaude ! 

l’actualité reste beaucoup plus assouplie par le thermomètre et ses Celsius généreux…  Autre prix au concours général photographique  de l’agglomération.

Le devoir  annuel terminé, et les examens passés, je peux enfin, prendre mes vacances, ou bien les poursuivre, encore et encore, puisque le Reflex n’a pas droit au repos, et pourtant, il le mériterait bien mais cet âne de travail, ne dit rien …Ce que je trouve parfaitement bien ; rien ne vaut le silence, et attendant de vous voir passer devant les cimaises …

Paysage &Patrimoine – Naintré – Photo FH – Cliquer pour agrandir 

Mais la presse prend le relais !

Une reprise de la Nouvelle République, à lire au complet ici 

Cinquante participants ont produit 147 photos parfois de grande qualité. Au final 32 photos ont été primées et sont exposées actuellement à l’hôtel Alaman

Chaque vendredi de l’été, retrouvez aussi dans nos colonnes les meilleures photos, agrémentées d’un commentaire de Virginie Tostain du service patrimoine de l’agglo. Aujourd’hui : « Nature et patrimoine à Naintré » par Fernand Hernandez
« Ces murs arasés, sur lesquels la nature a repris ses droits, sont parmi les vestiges antiques les plus connus du Châtelleraudais : ici, se dressait autrefois le théâtre du Vieux Poitiers. Cet édifice, qui pouvait accueillir 10.000 spectateurs, était, au Ier siècle de notre ère, l’un des plus vastes de la Gaule romaine, son diamètre dépassant celui d’Orange ! La forme de ses gradins est encore bien visible même si peu d’élévations subsistent, si ce n’est cette «  tour  » qui est en réalité un pan de la structure extérieure du théâtre. Derrière lui, passait autrefois la voie gallo-romaine venant de Poitiers, se dirigeant vers Tours (ou l’inverse !). Elle traversait la cité antique de Briva, qui s’étendait autour du théâtre sur plus de 70 hectares et formait une agglomération secondaire de 4.000 habitants, à une époque où Châtellerault n’existait pas encore. Des prospections et des fouilles ont révélé l’emplacement d’anciens édifices publics, d’anciens quartiers artisans et également la présence probable d’un port antique sur le Clain, non loin de là. Le théâtre est ouvert à la visite tout l’été ! »

Photos de vacances : Photo impromptue !

Photo très bretonnante 

Image prise sur-le-champ et sans préparation…

Comme une photo de vacances ?

Non, pas du tout ! Elle date du printemps ; il ne faut pas tromper le client !

Elle pourrait rentrer dans la catégorie des photos, genre carte postale ; version insolite …

Oui en effet, c’était un peu des vacances au bord de la mer…

Presqu’île de Guérande, Port du Croisic, au pied de l’Ancienne Criée en regardant vers le Traict !

Cadre, la petite jonchère, ancien quai d’amarrage des bateaux …

Le sujet c’était un goéland posté sur une bite d’amarrage…

Difficile de cadrer une instantanée, bougeant sans arrêt …

(Cliquer pour visionner les images et le diaporama)

Puis, option réglage en rafale et grande vitesse, ainsi peu importera ses bougés …

Puis l’autre bestiau s’est présenté en vol plané …

Un aérodynamisme parfait ; de quoi rendre jaloux les spécialistes de l’aéronautique…

Le goéland serait-il venu protéger la procréation de l’autre goéland au féminin ?

Je ne le saurai jamais faute de leur avoir posé la question !

 

Pour le « petit Camille »…

Nous sommes sept, comme le chiffre porte-bonheur, les 7 magnifiques à avoir pris l’engagement de passer saluer Camille Audinet, un facteur assassiné et volé ! Qui a eu le malheur de passer par là, en lisière de la forêt, alors que l’occupant, voyait un cycle se terminer …

Un acte crapuleux commis seulement quelques jours avant la libération de Châtellerault en 1944…le 19 août !

Aujourd’hui, nous nous promenons, courons, faisons du vélo, chronométrons nos performances athlétiques, en passant devant cette stèle, qui ne devrait pas laisser indifférent les châtelleraudais, avec une petite tranche bien méconnue de leur histoire. 

Avec, et par ordre décroissant d’ancienneté dans le temps selon l’engagement pris, <Vero Elle> (« marcheuse » politique Véronique Lecordier), Anita DunoyerBrigitte Dursus Gilbert David PascaudFabienne EpainAutres Regards de FH et Gaëtane Meslem

5 Femmes & 2 Hommes !

Ils se sont engagés à honorer d’un petit silence Camille Audinet, celui que nous connaissons mieux en tant que  Facteur de Colombiers …un jeune préposé aux lettres, puisque facteur, juste marié, qui n’a pas connu le bonheur du « voyage de noces », c’était la guerre, et les conséquences de l’occupation, ni encore moins le ravissement de la paternité, d’un homme qui venait de prendre épouse ; une période sombre et très difficile pour les français, à cette époque là !

Une idée comme une autre de lui rendre un hommage sobre, silencieux, ni fleurs ni couronnes, ni politiques en écharpe, ni journaliste et photographe de presse…Puisque durant des nombreuses années sa famille ne manquait de perpétuer une marche depuis Colombiers, qui n’a plus cours depuis bien longtemps et ce sera le 19 août 2017, à 16 heures devant la stèle de la forêt de Châtellerault ! comme un flash-back du passé récent …

Ecrit de Colette Audinet, qui m’a bouleversé, et rendu mes yeux très humides, lorsque j’ai lu ceci dans un mail bourré de nobles sentiments, d’une souffrance au passé composé  : …à la date anniversaire de la mort de cet oncle. Tous les ans, avait lieu une commémoration à la stèle, dans la forêt, où se retrouvaient tous les membres de la famille proche et élargie, ainsi que de nombreuses personnes que je ne connaissais pas. C’était l’occasion pour mes grands-parents de perpétuer le souvenir du «petit Camille» comme disait ma grand-mère avec tant d’amour, et les yeux toujours  remplis de larmes…Je l’ai toujours vue vêtue de noir en signe du deuil de ce fils tant aimé …

Après cela, je me suis dit : pourquoi pas !

Pourquoi pas vous, aussi !

Pourquoi pas, nous !

Prenez date, faites-le savoir parce qu’il n’y aura pas de flyer, ni annonces dans la presse,  et faites partager, et circuler pour faire tourner dans les réseaux sociaux  …

Pour la mémoire du « petit Camille » ! comme ils disaient !

 

« Une Autre Manu » !

Clairvoyance d’avoir intitulée cette photo : «Une Autre Manu», une photo qui orne les cimaises de l’Hôtel Alaman, exposition estivale « Reflets de mon Territoire » !

Et en effet, une autre Manufacture d’armes, cette fois-ci désarmée voit le jour à Châtellerault

Et plus qu’une Autre Manu avec des lettres majuscules !

Avec un skatepark d’enfer !

Je me suis laissé aller à flâner et tuer le temps qui s’écoule autour de skatepark, dans l’enceinte de l’ancienne Manu, qui attire la foule des jeunes de 5 à 30 ans, au masculin et au féminin… dans une ambiance du genre, que les participants qualifient eux mêmes avec des adjectifs du genre, génial, cool,  etc…puisque je l’ai entendu dans leurs expressions.

Et quelle fut ma surprise d’entendre oh pardon adressé au voisin de skate, puisqu’il s’agissait de ne pas resquiller son rang dans l’accès aux montagnes russes inversées, puisque creusées dans le sol !

Heureux qu’ils étaient ces jeunes chacun avec sa trottinette, ou bien un skate, ou des rollers ou bien des vélos, avec casques  et autres protections antichoc et divers accessoires pour braver tous les principes de l’équilibre que les lois de gravitation universelle imposeraient mais pas à eux ! Et ce monde, vit paisiblement sa vie avec un outil sur roues et le smartphone dans la pochette arrière du pantalon qui est consulté par intermittence entre deux pirouettes, et tout cela semble logique en voisinant l’école du cirque qui donne des ailes aux artistes de la cabriole sur deux roues.

Ces mêmes acteurs étaient ravis de se  faire cadrer dans l’objectif du Reflex, et mon Nikon créa une sorte d’émulation à qui ferait la plus belle contorsion pour fixer la pellicule; un changement réel par rapport à d’autres lieux où les grognons de service râlent à la vue de l’appareil photo inoffensif !

Cliquer sur les images pour les agrandir …

Et dire que nombreux ont été les châtelleraudais à râler, comme des vieux fossiles, devant ce qu’ils jugeaient une dépense superfétatoire et inutile …Au moins, les jeunes sont heureux et en paix avec eux mêmes sans que les vieux râleurs les enquiquinent, et par ricochet, ils ennuient personne; un espace où nos enfants, adolescents et jeunes châtelleraudais se défoulent sainement, et rien que cela, vaudrait tous les budgets municipaux du monde !  

Silence on tourne dans le skatepark !

Cliquer pour mettre en avant les photos du triptyque  

Châtellerault a soif de musique !

Les châtelleraudais ont soif; c’est indéniable au vu des températures ambiantes…

Et à défaut des plages de sable fin, ils croquent l’été à plaines dents …

Entrez dans les nuits de Châtellerault qui comblent la soif de l’été …

Il fallait, qu’ils combattent cette soif insidieuse accumulée depuis tous ces jours de chaleur…

Devant la chaleur ambiante dans  leur « home », ils se sont décidés à étancher leur soif …au dehors…

Tous les moyens sont appropriés pour lutter contre une chaleur tenace, même en s’inspirant des andalouses …

Mais pour couper la soif, rien de tel qu’autour de la musique des rues …

 

Mon cœur en septembre !

Alors que mes Regards sont au quotidien « Autour de Châtellerault », avec mélancolie, ma passion restera Oh Breizh, puisque je l’ai choisie,  mais ma faiblesse avouée sera toujours pour le Quercy, ses pierres, ses sentiers et ses gens, une grande faiblesse de mon cœur, encore plus forte que celle que j’éprouve pour ma Giulietta ! la mascotte du blog, et il fallait bien le dire …et l’accompagner avec d’autres paroles and music…

In Holidays !

Je partirai en septembre – très bientôt –  respirer un autre air, marcher sur des sols arides et caillouteux, encore plus secs cette année 2017, et flâner dans les villages du causse, tout en prenant des forces, après la randonnée, en me restaurant, à l’Auberge des Trois Ânes à Blars ou la Table d’Odile à Flaujac-Gare, ou bien la mangeoire d’Espédeillac, le surnom dont j’ai baptisé l’Auberge Beauville à Espédaillac, où je retrouverai mon rond de serviette, dans le causse blanc, pour savourer une cuisine du terroir qui ne passe pas à la TV et ne concourt pas dans les réseaux sociaux, faute de couleurs criardes et d’arabesques ornementales inutiles, tout est dans les goûts naturels;  elle est succulente  (et l’assiette pleine sans chichis ni couleurs inutiles), le tout bien aspergé par ce «vin de Cahors», qui gratte virilement le gosier en coulant dans vos entrailles, et qui accompagne fort bien les mets dont je me régale à merveille avec les côtelettes d’agneau ou bien le magret de canard confit, et ses pommes salardaises aillées, pour leur donner encore davantage de consistance !

Devant l’église de Flaujac-Gare !

Blars, Flaujac, et Espédaillac, des villages presque désertés de toute activité commerciale mais où la table de leur restaurant, demeure le point de rencontre sociétal par excellence, pour les gens du pays comme pour l’estrangièr, pour une cuisine de terroir plus que savoureuse, régalante au point de devoir nouer sa serviette autour du cou, pour ne rien rater des ripailles .

D’autres rencontres et découvertes sont à espérer !

Continuer la lecture de « Mon cœur en septembre ! »

Lac de St Cyr : coup de vent !

Coup de vent !

(Réédition au regard de l’intérêt des lecteurs)

Bourrasque, coup de vent, coup de tabac, risée, le grain des marins et même plus dans le Lac de St Cyr, un après-midi ordinaire, mais planchistes et amateurs des différentes versions des dériveurs, ont été très surpris; pourtant on le voyait venir…

Depuis la veille, la menace était bien annonciatrice d’un changement météo !

Cliquer pour agrandir

Coup de vent, et mes coups de cœur également avec le Reflex au milieu de la bourrasque …

Un ciel qui s’est métamorphosé passant du plus sombre au plus radieux en l’espace du temps que dure une bourrasque comme une autre.

Les petits « marins d’eau douce » du Lac de St Cyr en ont bavé !

Certains – la plupart – davantage que  quelques autres – très rares – ont connu la joie du dessalage, en eau douce ! 

Un ciel changeant et remuant avec ces nuages tordus et boursouflés comme des choux-fleurs suspendus majestueusement dans les airs au-dessus des eaux du Clain, et du Lac de St Cyr, comme un roulement de tambours sans éclairs ni trompettes.

Cliquer pour agrandir

Même le tonnerre a sonné discrètement.

L’éclairage était subtil par moments…

Un moment anodin et plein d’Images pour des simples Regards !

Un été qui démarre …

Delphine : La violoniste bretonne !

Ou bien, une autre fête de la musique bretonne …

Des échanges de sourires, en long et en large, et en travers de la table du banquet de la fête : c’était la fête bretonne du sel

Elle portait sur elle les couleurs du drapeau aux hermines, blanc et noir, souriant sans retenue avec son gobelet à la main, ses yeux cachés derrière ses lunettes, de l’autre côté de la table, au milieu des ses compagnons musiciens, du groupe « Dégâts de Chez-Nous », une femme et quatre hommes ; drôle de quintet qui n’est pas jazzy !

Avec les binious du bagad …

En lui montrant la photo que j’avais prise d’elle entourée des joueurs de biniou du bagad d’à- côté, elle a levé le pouce comme si elle aurait aimé la photo sur le mur de ma page Facebook…Puis, à partir de là, les échanges, de toutes parts, partirent dans tous les sens avec une appréciation positive et unanime du vin de table servi pour apaiser la soif d’un dimanche ensoleillé, et finalement, j’ai découvert, qu’elle remplaçait, à présent, l’ancien violoniste, que j’ai si bien connu, et avec qui nous avions tant échangé « politique » puisque nous aimions nous accorder de temps à autre une parlote républicaine, mais le regretté Joël Faou, n’est plus dans le groupe qui anime les festivités estivales en presqu’île guérandaise.

Le groupe anciennement « only men » s’est ouvert aux dames !

« Dégâts de Chez-Nous »

Incroyable les ravages du genre …

Continuer la lecture de « Delphine : La violoniste bretonne ! »

Les câlineries du Clain …

Le monsieur qui manie habilement les mots, pour bien les tricoter, m’a appris que le nom « Clain », la rivière poitevine, qui disparaît dans les eaux de la Vienne, juste avant de traverser Châtellerault, est l’anagramme de « Câlin » ; voilà pourquoi cette petite rivière me séduit autant.

Et ce fut direction le « Clain », plus propice aux recoins bucoliques et tranquilles que ceux de l’autre grande rivière…d’autant qu’ici, en plus du vert pléthorique de la végétation, les eaux sont tout autres que les teintes marron délavées de la voisine, toute proche, et tout incite à la douceur et à l’apaisement.

Un petit coin caché, proche du moulin de Souhé …

Il fallait un recoin genre jacuzzi pour un bain salutaire, rafraîchissant, et tonique …

Je sais où trouver ma réponse…avec les câlins du Clain

Un moment à moi,  rien qu’à moi, en silence, et rien d’autre…

Facebook : Genre féminin !

Je ne suis pas misogyne, et je suis très loin d’avoir les motivations pour le devenir …

Et c’est la page Facebook « Autour de Châtellerault : Images & Regards » qui me donne les arguments pour le dire !

Je ne porte pas dans mon cœur le réseau social des « Amis », c’est ainsi, il ne me donne pas non plus le vertige de l’amour …Pourtant, il y a de quoi au regard des statistiques ! avec d’autres images.

Et de plus, certains sur ce réseau ont écrit que j’étais devenu ou que j’étais depuis toujours « gynophile » ou bien « philogyne », deux mots distincts pour signifier la même chose, donc des synonymes ; mon dieu que des mots compliqués pour un petit scribouillard de blog, qui abaisse le niveau littéral vers le bas.

Mais ayant le choix entre les deux, selon ses propos…«être « gynophile »… mais si vous préférez « philogyne », c’est tout aussi respectable…». J’exerce la possibilité choisir librement  entre ces deux éventualités, entre ces deux options littéraires, mais je prends la première. Un exercice banal comme faire les choix d’automate, appuyez sur la touche 1 sinon appuyez sur la touche 2…

Donc, je suis gynophile !

Facebook « Autour de Châtellerault : Images & Regards » – Cliquer pour agrandir

En regardant sous les « jupes de la page Facebook » du mur dont il est question, je découvre, à ma grande surprise, que deux tiers des « followers » – c’est-dire des « followeuses », donc des suiveuses, mais pas aveuglement  –  sont du genre féminin…Un simple constat, et faut-il voir là, une relation de cause à effet avec les faits ci-dessus ?

Une vague qui se mettrai en marche – avec des «marcheuses ravissantes» – pour accentuer davantage ma phylogynie ?

Ceci ne me semble pas faire les affaires de la mascotte du blog, «Giulietta», qui verra un effet pervers de concurrence exacerbée, comme si c’était encore une conséquence de la politique de l’offre libérale transposée dans le noyau des réseaux sociaux, un système trop ouvert, une sorte de mondialisation des cœurs … le monde impitoyable de la concurrence sans modération dans nos sentiments intimes !

D’autres statistiques à découvrir …plus surprenantes que celles du champ électoral actuel, empreintes de platitude et sans charme.