Les FOTOS ont une vie aussi …

Ce dimanche froid et humide du mois de décembre 2012, j’étais loin de connaître ce qui allait devenir « Ma vie châtelleraudaise » !

Un dimanche ordinaire et tristounet, encore plus triste que le temps ambiant, que l’image ne manque pas de traduire.

Depuis 1982, je n’avais plus mis les pieds dans la cité du bon Roy Henri IV !

Pont Henri IV

Mes passages à caractère professionnel ne m’avaient pas laissé un souvenir que l’on garde étroitement dans son cœur.  Les questions de travail, du lundi u vendredi inclus en attendant le « train des permissionnaires » de retour in home, les moult séances de cinéma pour occuper des soirées de « célibataire géographique », et les pizzas de la Pizzeria « La Dolce Vita« , du temps où il n’y avait pas tant de pizzerias aux coins des rues …

C’était cela Châtellerault pour moi, et les notes de travail qui en résultaient de mes élucubrations.

Point, on passe au chapitre suivant.

Ma vie connu une parenthèse d’une trentaine d’années sous d’autres latitudes et longitudes …où le soleil vous écrase toutes l’année sans le rythme des saisons.

Un dimanche matin – bien plus tard – avec un appareil photo en bandoulière dans les rues de Châtellerault. Même l’appareil photo qui enregistra cette image icône a connu deux autres successeurs…après avoir tout donné avec gentillesse.

La photo de référence qui fait le Post n’est pas celle que j’aurai voulu ! Je voulais de traces rouges des feux arrière des véhicules sur le pont et finalement celle-ci restera dans la carte mémoire, comme résultat des échecs enregistrés.

A l’époque je n’étais acharné du Facebook et elle eu son heure de gloire sur ma page Pinterest,  en déroute actuellement, et elle fut plus que remarquée par les services Comm’ de l’Office de Tourisme local ! Tiens tiens…La charmante Marie, n’est plus là pour témoigner …

Puis finalement à la regarder plus en détail, je lui découvrais des qualités que je n’avais pas remarqué de prime abord, et elle garda un intérêt certain pour moi.

En ce mois de décembre 2012, rien ne laissait présager que je deviendrais châtelleraudais trois années plus tard pour des raisons plus qu’ indépendantes de ma volonté parce que je n’avais jamais osé croire ou imaginer que je quitterais mon « petit port de pêche » en Bretagne et ses binious et le drapeau aux hermines, le chouchen, les bagads, la fleur de sel de  Guérande, et les galettes de Tante Germaine, qui sert ses clients en tenue bretonne, avec qui j’aimais bien taquiner les hommes de la politique, etc…Et surtout perdre mes regards sur les  rives de l’Atlantique et ses tempêtes, qui me reliaient quand même à mon Atlantide perdue du côté du tropique de Cancer …Le bons géographes sauront comprendre. Et trouver…

Et ma nouvelle vie châtelleraudaise faite d’autres bonheurs et plaisirs – il faut bien que la roue de la vie continue – m’a conduit pour couvrir mes tchatches quotidiennes – qui n’intéressent presque personne – du blog à choisir une image bannière ou porte drapeau …Et il en fallait bien une, et ce fut dans les toutes premières images …que j’ai fait mon choix !

 

Un des plus fidèles followers la trouve belle ; alors vous comprendrez aisément que ces quelques motos n’auraient jamais quitté mes souvenirs intimes sans lui. Il saura se reconnaître puisqu’il m’a promis d’attendre de connaître l’histoire de cette photo ; une petite « histoire » de FOTO mais une «grande histoire» pour moi, résumée chichement en quelques mots.

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.