Mon Hôpital : allo Maman bobo !

Stop ou Encore ?

Un signe des temps ou une malédiction du vendredi 13 ?

Un malheur qui nous tombe encore dessus ?

La toute petite agglomération est devenue très très grande à 47 communes… Les treize communes ont accueilli un paquet de nouvelles autres communes … Mais comment est ressentie cette nouvelle et grande structure politique locale par les politiques et les citoyens ?

La région a disparu dans le souci de performance et de rentabilité pour réduire les coûts mais cet objectif a-t-il été atteint ? A-t-il été mesuré réellement ? Personne n’en parle ! Une histoire qui ne fait plus le buzz…

Mais que deviennent les identités communales, les identités de Pays et les identités régionales dans une démarche d’enfouissement du passé par la contrainte budgétaire imposée presque au forceps ?

Aujourd’hui l’hôpital nord fait querelle pour les mêmes raisons budgétaires…

Peu importe de savoir quel type de santé avons-nous besoin, l’important reste l’équilibre budgétaire borné et aveugle sans tenir compte des attentes de la population.

Aujourd’hui, le député et le président de l’agglomération, et maire de la ville de Châtellerault, se querellent par presse locale interposée au sujet du devenir du cadre hospitalier du nord du département, du Pays châtelleraudais et de la ville de Châtellerault, alors que le sujet méritait une union sacrée de toutes et de tous …

Peine perdue !

Même pas une entente cordiale de convenance !

Des petits égoïsmes au raz des pâquerettes de ce printemps !

D’un côté, la logique stricte de la calculette budgétaire dictée par la « norme gouvernementale » actuelle à laquelle se plie le député, les yeux fermés ce qui ne l’empêche pas de manifester – sans cravate cela fait cool cool – en Pays Châtelleraudais (Moi je …défends la ruralité poitevine…) contre des mesures qu’il approuve en silence obéissant depuis son siège au palais Bourbon, très loin de son patelin de Moncontour, et de l’autre côté, une logique plus humaniste, mais tout aussi illusoire, puisque le président du Conseil de Surveillance, n’est là que pour compter les assiettes cassées des politiques de santé parce que les décisions sont prises ailleurs et par d’autres …qui ne se donnent même pas la peine d’intervenir dans les débats…préférant distribuer les bons mots aux médias ou les faire connaître  par communiqués de presse édulcorés.

Cause toujours, tu m’intéresses !

Une bataille de pansements, bistouris ou scalpels ?

Bientôt, la sous-préfecture de Châtellerault devrait (aussi ? pourquoi pas) être supprimée pour des rasions de contrainte budgétaire puisque la préfecture de la Vienne, n’est qu’à trente minutes de voiture et d’un clic de souris électronique des services performants de l’administration, et ainsi de suite pour toutes les structures de l’Etat dans le cadre de ce que l’on appelle savamment  la rationalisation des choix budgétaires …Et dans le futur pourquoi , en poussant la logique de la performance au bout, ne pas fusionner les CHU de Poitiers et de Limoges avec celui de Bordeaux, en raison des nouveaux déficits à venir dans un proche avenir pour obtenir la meilleure performance possible et inimaginable ?

A coups de hache intempestifs !  

Why not baby !!!

Pour contempler l’établissement hospitalier «Camille Guérin» en passe de devenir une méga EHPAD …pour accueillir en fin de vie des châtelleraudais nostalgiques d’un passé qui fut un « Grand Châtellerault » (…) !

4 réponses sur “Mon Hôpital : allo Maman bobo !”

  1. Malheureusement, cela est la triste réalité. Travailler dans le paramédical devient de plus en plus compliqué et angoissant. Nos dirigeants ne doivent pas oublier qu’entre nos mains se sont des personnes faites d’un cœur, de ressentis, d’émotion et non des machines presse-bouton. Les bénéfices, réduire les coûts en supprimant des postes, est notre ritournelle quotidienne. Et malgré tout ça, nous continuons,nous soignant(e)s, à faire de notre mieux, avec les moyens humains et matériels dont nous disposons, à nous donner à 200% dans notre travail pour apporter un maximum de bien être aux patients, aux résidents car je me refuse d’employer le mot »client ». Je suis triste et révoltée à la fois.

    1. Sachez chère madame Epain, que je partage complètement votre commentaire.
      Mon Post a été écrit avec une grande colère dans mon cœur tout en retenant ma plume parce que nos politiques « toutes tendances » sont les seuls responsables de ce malheur !
      Chaque fois, que je rentre dans un hôpital ou une EHPAD, j’en suis effrayé de ce que je remarque de difficultés assumées par le personnel hospitalier…
      Il y a 10 ans un cadre africain me dit à Bamako : Vous les blancs, vous avez un problème avec vos anciens. Je n’ai pu rien répondre autre que : Vous avez raison…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.