Les « blues » des politiques ?

Ce matin le fil Facebook, sortait de l’ordinaire, et pour une fois, j’ai perdu quelques instants – et pris le temps de disséquer les derniers potins du secteur, parce que les rubriques de la politique affirment que tout va bien, et que tous les problèmes sont derrière nous à force de marcher allégrement …

Cyril Cibert, le conseiller régional, se laisse aller – et ouvre son cœur – comme un homme sincère…Il livre publiquement ses sentiments lors de son 45 ème anniversaire – lui souhaiter qu’il double la mise – et un trait de philosophie « humaniste », qui montre bien que les « politiques » sont aussi des hommes en chair et os, comme ceux à qui, il demande leurs suffrages, lors des consultations, passées ou à venir.

Trait remarquable, qui se doit d’être remarqué d’autant qu’il a fait son crédo de ne pas me traiter de « bourricot », promesse de rentrée politique châtelleraudaise qui m’a beaucoup marqué, bien qu’il me dise – parfois – que je suis féroce dans mes Posts, mais soyez rassuré, ma plume est toujours tendre et amoureuse, bordel !

L’heure des doutes, des questions, des hésitations a sonnée. Un peu comme si on avait foncé tête baissée jusque-là et que, d’un seul coup, on voulait reprendre notre souffle.

Respirer et prendre de la distance. On se retourne sur notre parcours, on se projette aussi dans l’avenir tout en repensant aux rêves de nos 20 ans.

Se poser, pour mieux repartir, telle est notre motivation première. Une fois rassuré dans nos choix, conforté dans l’idée que nous nous épanouissons dans notre vie, on peut alors avancer plus sereinement vers nos belles années à venir.

Une autre dame de la politique locale, Sylvianne Mauxion, pique un coup de « blues » automnal, sous une autre étiquette politique que celui qui le précède dans le commentaire, mais toujours dans le chapitre des « méditations personnelles », et qui s’adonne, en plus, avec une pointe « picturale » nostalgique de notre terroir, sans photos ni peinture à l’appui, pour confirmer ses sentiments nobles !

Je n’aime pas le mois de novembre, c’est même le mois que je déteste le plus… 
Déjà parce que nous avons changé d’heure et les journées se font de plus en plus courtes. 
Ensuite les fêtes du 1er et du 11 novembre qui ne sont pas réjouissantes.
Et enfin le temps qui est souvent gris, maussade, avec du brouillard et les premières gelées nous obligeant à tout protéger. 
Seul réconfort, si quelques journées ensoleillées pointent leur nez, les paysages de campagne où toute une palette d’ocre et de roux résiste encore un peu, avant de nous offrir la vue d’arbres décharnés…

Cela rend la vie des « politiques » et des « électeurs » plus vraie …

De grâce, si les « parisiens » pouvaient lire la presse locale poitevine, ou bien traîner sur les réseaux sociaux du 86, je n’entendrai plus dire dans les médias, que je suis un FAINÉANT ronchon impossible à vivre (doublement vrai), que je ne suis RIEN du tout (parfaitement juste, puisque sans yacht immatriculé à Malte), et que c’est le BORDEL dans mes affaires, puisque je ne range rien du tout, pour le grand malheur de ma Pénélope et ses foucades sur le rangement bien ordré !

           

Laisser un commentaire