Il a écrit: Châtellerault, une misère !!!

Janick Sallé de Lencloître a écrit : Châtellerault c’est la misère !

Expression relevée parmi les échanges Facebook sur un Post, portant sur l’essor économique de Châtellerault en rapport avec Poitiers et Tours ….entre autres commentaires plus ou moins appropriés, mais là, comme une saillie inacceptable  …

Formule laconique, un peu à l’emporte-pièces comme bien souvent entre commentaires de Facebook, ou bien des propos consignés comme une sorte de défouloir, attitude réductrice voire plus que simpliste… Mais sait-il, ce monsieur,  ce qu’est être misérable ou bien la misère ?

Pont Henri IV – Châtellerault
La Vienne au pont Camille de Hogues à Châtellerault,

Je pensais que cela voulait dire : « faiblesse et néant de l’homme » ! selon le Littré …

Jusqu’à un certain moment, la misère était – pour moi – une expression du langage du jeu de cartes du tarot, mais depuis que je l’ai rencontrée, la vraie misère, elle m’est resté ancré dans mes neurones à jamais, et je n’ai jamais utilisé cette expression ni dans le langage des cartes ni encore moins, dans les conversations de tous les jours.

Quand vous l’affrontez la misère, elle vous marque.

Pour l’avoir côtoyé, et c’est très pénible à vivre, et encore plus lorsque vous ne pouvez pas vous apitoyer en raison des obligations professionnelles…

La misère, c’est entre autres, connaître la faim, et ne pas manger à sa faim, comme de millions d’hommes, femmes et enfants, dans le monde, et devoir se contenter d’un seul repas par jour, et quel repas, pour un seul repas quotidien ; être misérable c’est vivre avec un dollar par jour comme disent les experts en développement ; être misérable c’est vivre dans un logement de fortune, voire insalubre, soumis aux moindre aléa climatique ravageur; être misérable, c’est un enfant qui n’a pas de crayon ni cahier pour pouvoir aller à l’école ; être misérable c’est de ne pas avoir l’eau courante et l’électricité à son domicile, laissons de côte le Web et ses réseaux sociaux y compris les zones blanches, que dans bien de pays elles sont bien noires de l’Internet ; être misérable c’est aussi ne pas disposer de médecin et de structures hospitalières, et ce n’est pas un misérable dispensaire de brousse dépourvu de tout, qui apportera la réponse aux maladies et aux souffrances ; être misérable c’est de voir ses enfants emportés par les maladies infantiles, de manière récurrente, etc…

Et je ne peux que me souvenir du propos du toubib qui m’accompagnait, en voyant un enfant de six ans jouer pieds nus dans une mare où croupissaient des eaux pestilentielles…Lui, à présent ne craint plus rien, il est doté des antidotes adéquates… Ceux qui jouent à sept ans, vivront longtemps !

Et je me suis doté de toute une panoplie de termes pour la désigner : la misère heureuse lors qu’il doit s’enivrer au vil rhum frelaté, pour oublier sa condition ; la misère propre parce que l’eau est accessible ;  la misère digne, au-delà de la misère commune portée fièrement, et le regard digne; la misère misérable, etc…mais peu importe les degrés mais c’est toujours une misère…Expressions que je garderai dans ma tête, à ne jamais dire à quiconque, pour ne pas choquer ni froisser …Un cryptage horrible.

Je n’ai point vu de tout cela à Châtellerault !

Pauvreté oui, comme partout hélas, mais jamais la misère – au moins visible sans retenue ici et là à droite et gauche qui court partout – dans les rues de la cité !

Ecrire une telle expression est plus qu’infamant, pour la cité et ses habitants.

7 réponses sur “Il a écrit: Châtellerault, une misère !!!”

  1. Tellement bien décrit le terme misère. Je l’ai côtoyée également dans le pays de naissance de mon fils. Ni Châtellerault ni la France ne sont des endroits de misère. Et là bas les gens ont une richesse ; la gentillesse…

  2. J’adhère a votre définition de la misère, seulement je pense que cette personne n était pas du tout dans la même utilisation du terme.
    Qui peut effectivement définir d’autres situations moins douloureuses que ce que vous décrivez à juste titre.

    Tout le monde ne dispose pas de votre aisance redactionnelle que j’apprécie au quotidien et dont je suis bien envieuse.

    1. C’est votre avis que je trouve éloigné de mon idée de l’article, mettre en opposition deux aspects pour montrer l’absurdité de l’expression de départ…

  3. Je n’ai pas connu la misère mais en voyageant, j’ai vu la misère dans certains pays et sans doute pas tout. Je n’ai jamais vu de misère à Châtellerault Il n’y a aucune personne sans toit, je vous l’affirme. Alors employons les mots comme il se doit. FH remet les pendules à l’heure et je l’en félicite.

Laisser un commentaire